BFMTV

Intempéries dans le Sud-Est: à Breil-sur-Roya, les habitants sont "coupés du monde"

Après les pluies diluviennes qui se sont abattues sur les Alpes-Maritimes vendredi soir, le village de Breil-sur-Roya, sous la boue, est méconnaissable.

La boue est entrée dans les maisons et les commerces, a recouvert la place centrale et enseveli des voitures. Deux jours après les pluies diluviennes qui se sont abattues en quelques heures dans l'arrière-pays niçois, le village de Breil-sur-Roya, à la frontière italienne, est méconnaissable: des véhicules enterrés parfois jusqu'au toit sous la boue, des immeubles aux entrées bloquées par des gravats, des troncs d'arbres enchevêtrés dans la rivière...

"C'était une mer que j'avais autour de ma maison, avec des bouts de bois qui flottaient... Quand vous voyez ça, vous paniquez vraiment", explique à BFMTV Christine, une habitante qui a dû être évacuée de chez elle après la tempête.
Les dégâts à Breil-sur-Roya, le 4 octobre 2020.
Les dégâts à Breil-sur-Roya, le 4 octobre 2020. © NICOLAS TUCAT

"Il y en a eu dans la cour, de la boue, un peu comme du sable très lourd à déblayer", raconte une autre. "Pas de lumière, pas d'électricité, pas d'Internet, pas de téléphone, vous vous rendez compte de ce que ça représente ? On est coupés du monde", lance un Bretillois.

Evaluer les dégâts

Sébastien Olharan, le maire de ce village de 2000 habitants décrit une "population qui manque de tout: d'eau, d'électricité, d'alimentation. On n'aurait jamais imaginé qu'une crue puisse arriver sur le village", déplore-t-il auprès de l'AFP.

Ici, quatre ponts ont été emportés par le cours d'eau et les secours tentent d'évaluer l'étendue des dégâts dans la vallée. Une route tortueuse, celle du col de Bruis, a rouvert ce samedi, offrant une porte de sortie aux habitants.

"La première nécessité est d'établir un diagnostic propre de la situation dans la vallée, quelles sont les personnes disparues, les maisons emportées, lever le doute sur la présence de personnes dans ces maisons", détaille sur notre antenne le lieutenant-colonnel Nicolas Franck.

Le maire de Breil-sur-Roya reste inquiet face à un "bilan humain qu'on n'est pas en mesure de chiffrer". Dimanche, Sébastien Olharan dénombrait sur sa commune "plus d'une dizaine de personnes" dont il n'avait pas de nouvelles.

Ambre Lepoivre avec AFP Journaliste BFMTV