BFMTV

Slovénie: une publicité pour recruter de nouveaux espions

Des visiteurs découvrent le nouveau musée de l'espionnage de Washington, le 7 mai 2019

Des visiteurs découvrent le nouveau musée de l'espionnage de Washington, le 7 mai 2019 - SAUL LOEB, AFP

La Slovénie cherche à recruter de nouveaux agents de renseignement. Pour cela, ce pays d'ex-Yougoslavie a eu recours à une technique pour le moins originale: diffuser une publicité dans la presse locale.

Pour la première fois, les services de renseignement slovènes ont fait paraître dans la presse locale une publicité. Mais pas n'importe laquelle: celle-ci vise à recruter de nouveaux agents afin de rajeunir et de moderniser l'agence d'espionnage de ce pays de l'ex-Yougoslavie.

Pourquoi avoir recours à la publicité? L'Agence slovène de renseignement et sécurité (SOVA) a choisi ce mode de recrutement afin "d'améliorer la transparence et d'atteindre un public plus large".

Rajeunir le personnel de l'Agence

L'annonce s'adresse à "ceux qui sont intéressés par les domaines du renseignement et de la sécurité, qui sont motivés par les défis et prêts à s'adapter aux méthodes de travail spécifiques de l'agence", précise la SOVA dans la publicité publiée par le quotidien Delo et d'autres journaux.

Les candidats, qui doivent obligatoirement avoir la nationalité slovène, se verront proposer divers types de postes. Les différentes missions concernent le recueil d'information grâce au traitement de sources secrètes, l'échange de renseignements avec les pays étrangers, et la rédaction d'analyses ou de prévisions.

"Nous avons recruté très peu de nouveaux agents au cours des dernières années, et avec le développement rapide des technologies et l'évolution des menaces et des risques relatifs à la sécurité, l'agence doit se renforcer et se renouveler avec un nouveau personnel plus jeune", explique la SOVA dans un communiqué envoyé à l'AFP.

Il s'agit aussi d'améliorer la réputation de l'agence,. Elle avait été ébranlée en 2015 à la suite d'un scandale d'écoutes téléphoniques ayant affecté le processus d'arbitrage entre la Slovénie et la Croatie qui devait résoudre un différend frontalier.

Aude Solente avec AFP