BFMTV

Le haut fonctionnaire du Sénat soupçonné d'espionnage mis en examen pour trahison

Benoit Quennedey, haut-fonctionnaire du Sénat visé par une enquête pour espionnage au profit de la Corée du Nord à Paris en novembre 2017.

Benoit Quennedey, haut-fonctionnaire du Sénat visé par une enquête pour espionnage au profit de la Corée du Nord à Paris en novembre 2017. - AFP

Les enquêteurs de la DGSI cherchent à déterminer si Benoît Quennedey, un des administrateurs de la direction de l'architecture, du patrimoine et des jardins du Sénat, a effectivement "fourni" des informations à la Corée du Nord.

Le haut-fonctionnaire du Sénat Benoit Quennedey arrêté dimanche par les services de renseignement pour des soupçons d'espionnage au profit de la Corée du Nord a été mis en examen pour trahison, fait savoir une source judiciaire. 

Déféré un peu plus tôt dans la journée au parquet de Paris, Benoît Quennedey a été présenté à un juge d'instruction qui l'a mis en examen pour "trahison par livraison d'informations à une puissance étrangère", "recueil en vue de livraison d'informations à une puissance étrangère" et "intelligence avec une puissance étrangère", a-t-on appris de source judiciaire.

Interpellé dimanche soir, il avait été placé en garde à vue à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) dans les locaux de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), dans le cadre d'une enquête ouverte en mars.

Dans cette affaire, les enquêteurs cherchent à savoir s'il a effectivement "fourni" des informations confidentielles au régime paria de Pyongyang

Jeanne Bulant avec AFP