BFMTV

La guerre de la viennoiserie partage les Français

La controverse a fait l’objet d’un sondage sur Internet.

La controverse a fait l’objet d’un sondage sur Internet. - -

Chocolatine ou pain au chocolat ? Un site web, proposant de sonder les internautes, a dressé une carte de France de la viennoiserie.

Il est, dans la société française, des clivages insolubles. De ceux qui peuvent partager une famille, provoquer des drames, exclure une communauté entière. Parmi ces questions cruciales se range la grande guerre de la viennoiserie. Chocolatine ou pain au chocolat ? Remise involontairement au goût du jour par Jean-François Copé, la controverse a fait l’objet d’un sondage sur Internet.

La France se divise en deux catégories. Ceux qui baffrent des pains au chocolat et ceux qui dégustent leur chocolatine. Un poitevin passionné par la question et sans doute hanté par l'indécision (Poitiers se situe sur la ligne de démarcation), Romain Ménard, a construit un site pour sonder les internautes en fonction de leur lieu d’origine. Les résultats sont tombés, et ont fait l’objet d’une visualisation géographique par un blogueur, Adrien Van Hamme.

Le Sud-Ouest, fief des chocolatinophiles

Le premier enseignement à tirer de cette étude, qui a réuni près de 20.000 votes en quelques jours, c’est que la chocolatine ne s’en sort pas si mal, quoi qu’en disent les commentateurs partisans. En effet, 32% des votants parlent de chocolatine, contre les 62% qui portent les couleurs du pain au chocolat.

La visualisation des résultats, sur la carte, montre bien sûr une forte concentration de chocolatinophiles dans une zone partant du sud de la Vendée et allant jusqu’à Montpellier, en passant par Saint-Etienne.

Tout le Sud-Ouest est donc allergique au pain au chocolat. Cependant, il existe des dizaines de petits foyers de résistance pro-chocolatine disséminés partout sur le territoire, comme à Aubenas, à l’ouest de Montélimar, ou bien dans le petit village de Roquesteron, dans les Alpes-Maritimes. Le seul point notable pro pain au chocolat du Sud-Ouest se trouve à Casteljaloux, dans le Lot-et-Garonne.

La chocolatine est-elle de gauche ?

La viennoiserie a-t-elle une couleur politique ? C’est Slate.fr qui a tenté de comparer les cartes électorales avec la carte de la guerre de la viennoiserie. Selon Daphnée Denis, La chocolatine aurait tendance à être implantée plutôt dans les territoires traditionnellement tenus par la gauche, et le pain au chocolat dans les fiefs de droite. Sauf que les deux territoires ne coïncident pas vraiment, et, comme le remarque la journaliste, la Bretagne, qui vote plutôt à gauche, est néanmoins farouchement anti-chocolatine. Le fait n’est donc pas prouvé.

Un autre enseignement de ces données est que le terme de chocolatine jouit d’une plus grande dévotion dans ses territoires. Ainsi, les villes au vote le plus homogène sont Bordeaux (1.500 votes) et Toulouse (1.400 votes), avec, respectivement, plus de 93% et de 90% de votes en faveur de la chocolatine. Derrière vient Paris, avec un ratio de 90%.

La chocolatine semble ainsi être plus une affaire d’identité que le pain au chocolat. Ces quelques observations permettent de penser que la tendance est plutôt à la propagation de la cause chocolatine à travers les territoires tenus par le pain au chocolat, mais aucune étude sur cette diaspora n’a, à l’heure actuelle, encore été menée.

>> Voir la carte des territoires de la viennoiserie réalisée par Adrien Van Hamme :