BFMTV

À Saint-Omer, promener son chien sans sachet est puni d'une amende

Promener son chien sans sachet, à Saint-Omer, c'est 11 euros (photo d'illustration).

Promener son chien sans sachet, à Saint-Omer, c'est 11 euros (photo d'illustration). - Myri_Bonnie - Flickr CC

La ville de Saint-Omer (Pas-de-Calais) vient de signer un arrêté punissant de 11 euros le fait de promener son chien sans avoir avec soi un sachet pour ramasser d'éventuelles déjections.

La municipalité de Saint-Omer, dans le Pas-de-Calais, n'en peut plus des crottes de chien sur ses trottoirs, et a décidé de lutter plus sévèrement contre les maîtres négligents. Désormais, promener son animal de compagnie sans avoir de sachet en sa possession est passible d'une amende de 11 euros, rapporte la Voix du Nord.

Selon un arrêté de la mairie, la police municipale peut contrôler n'importe quel promeneur accompagné d'un chien, afin de vérifier qu'il a bien sur lui un sachet pour ramasser les déjections de son canidé. Dans le cas contraire, le maître en sera quitte pour une amende de 11 euros, auxquels s'ajoutent 51,70 euros de frais de nettoyage par les agents municipaux si le chien est pris en flagrant délit.

La mairie mise sur la sensibilisation

Le texte stipule que les déjections sont interdites sur la voie publique audomaroise, y compris les fils d'eau, routes ou encore espaces verts. Seuls petits coins autorisés, un des huit "canisites" répartis dans la ville. Et pour faire respecter cette règle, le maire, François Decoster, ne s'interdit pas de "monter le niveau de l’amende et des tarifs de nettoyage" dans le futur.

Déjà en 2015, la municipalité avait mis l'accent sur la sensibilisation. Des panneaux ont été posés dans les espaces verts, des sacs sont disponibles sur une dizaine de poubelles de la ville, et la mairie a fait l'acquisition de 600 porte-clés distributeurs de sachets, offerts gracieusement aux amoureux des chiens de la ville. Un investissement toujours moindre que les 6.000 euros que coûtent chaque année les crottes de chien à Saint-Omer.

Hélène Millard