BFMTV

Incendie de Notre-Dame: faut-il craindre un impact sur le tourisme parisien?

L'incendie de Notre-Dame prive les touristes du monument le plus visité d'Europe. Les professionnels du tourisme réfléchissent déjà à des alternatives pour que la cathédrale reste un centre d'intérêt.

Depuis lundi soir, les touristes affluent aux abords de Notre-Dame pour photographie le monument calciné. S'ils ne peuvent plus entrer dans la cathédrale, le monument historique le plus visité d'Europe, Notre-Dame continue de provoquer de l'engouement.

Dans les boutiques de souvenirs près de la cathédrale, les produits à l'effigie du monuments se vendent comme des petits pains. "Vous voyez les cases vides ici, tout ça c'était des cartes postales de Notre-Dame mais je n'ai plus rien, tout est parti", explique une vendeuse. Même chose pour les statuettes représentant Notre-Dame, en rupture de stock. 

Mais à terme, l'incendie de Notre-Dame ne risque-t-il pas d'avoir un impact négatif sur le tourisme? Certains professionnels du tourisme veulent croire que non, Paris restant une destination avec de nombreux monuments et points d'intérêt pour les touristes. 

"Quoi qu'il arrive, Paris restera toujours Paris, la Tour Eiffel restera la Tour Eiffel, le Louvre restera le Louvre et nous prions, entre guillemets, pour que tout se passe le mieux possible pour Notre-Dame", souligne Arnaud Daniel, de la compagnie Batobus. 

Vers un ralentissement des réservations? 

Malgré tout, les visites guidées de Notre-Dame et autres attractions payantes représentaient 1 million d'euros de chiffre d'affaires pour le tourisme parisien.

"Avec le mouvement des gilets jaunes, on avait noté un ralentissement des prises de réservation. Ce qui s'est passé à Notre-Dame peut indirectement reporter une prise de décision pour une clientèle qui n'avait pas encore décidé de réserver son voyage à Paris", craint Florence Beyaert, présidente du directoire du voyagiste Paris City Vision.

Les organisateurs de voyage doivent pour l'instant proposer des alternatives à leurs clients qui avaient réservé des visites à Notre-Dame. Les guides conférenciers qui avaient l'habitude de proposer des visites de la cathédrale ont eux bien l'intention de continuer d'assurer "leur mission d'accueil" en présentant le monument.

"Dans un premier temps, nous allons continuer à venir sur le parvis. Nous pouvons toujours admirer la façade de Notre-Dame qui est un lieu important", expliquait mercredi à BFM Paris Armelle Villepelet, présidente de la Fédération des guides interprètes. 

Alors que la reconstruction de Notre-Dame prendra plusieurs années, certains comme le président du Centre des monuments nationaux Philippe Bélaval suggèrent de créer un chantier ouvert au public. Cette solution pourrait permettre de continuer d'accueillir du public qui pourrait suivre l'évolution des travaux. 

Sarah Wargny, Florian Chevallay, Jean-Baptiste Graziani avec Carole Blanchard