BFMTV

Handicap et accessibilité à Paris: les candidats aux municipales ont une "méconnaissance" du sujet

BFMTV

Invité de BFM Paris ce lundi, le président de l'APF France Handicap, Alain Rochon, a jugé que les prétendants à la mairie de Paris faisaient preuve d'une certaine forme de désintérêt sur la question du handicap, dont ils sont pourtant des acteurs de premier plan.

Encombrement de la voirie, travaux, difficulté à trouver des transports en commun adaptés... Pour les personnes à mobilité réduite, se déplacer dans Paris peut parfois relever du parcours du combattant. Sollicités par BFM Paris pour connaître leur programme en matière de handicap, seulement trois des six principaux candidats aux élections municipales dans la capitale - Cédric Villani, Anne Hidalgo et Benjamin Griveaux - ont répondu.

"Ca montre, sinon un désintérêt, une méconnaissance du sujet", a estimé Alain Rochon, président de l’APF France Handicap, sur le plateau de BFM Paris ce lundi.

Se déplaçant lui-même en fauteuil roulant, Alain Rochon a ajouté que l'accessibilité à Paris ne concernait, de plus, pas uniquement les personnes en fauteuil roulant. 

"Je suis d’autant plus énervé et agacé de cette attitude (des candidats, NDLR) que nous en sommes pas les seuls concernés: les parents avec les poussettes, les personnes âgées, les blessés temporaires... Nous avons mené une enquête avec l’Ifop la semaine dernière: 86% des 12.000 personnes qui ont répondu, qu’ils soient valides ou non, ont des difficultés à se déplacer", a-t-il fait valoir.

Pour cause: sur 303 stations de métro, seules neuf sont accessibles aux personnes en fauteuil roulant. Toutes sont situées sur la ligne 14, la plus récente du réseau RATP.

Les maires "en toute première ligne"

Ce désintérêt des élus et des prétendants à la mairie de Paris pour les personnes handicapées est d'autant plus problématique pour Alain Rochon que les maires sont selon lui des personnages centraux dans l'objectif d'accessibilité. "Les maires sont en toute première ligne, que ce soit pour la bâtiments publics, les transports, les écoles, les commerces", a énuméré le président de l'APF France Handicap, qui a lancé un appel aux candidats au scrutin parisien de mars à "encourager les acteurs" pouvant agir dans le domaine de l'accessibilité dans la capitale.

"Nous sommes pas dans l'accessibilité, punitive, mais dans l'encouragement des bonnes pratiques (...) Pour un commerçant, avoir une rampe, ça peut conduire à avoir plus de chiffre d’affaires, et son investissement est directement rentable", a jugé celui qui avec son association, a publié fin 2019 un appel aux candidats aux municipales pour que les personnes en situation de handicap puissent être intégrées à la campagne.

Les JO comme accélérateur d'accessibilité?

Alain Rochon espère que l'organisation prochaine des Jeux olympiques et paralympiques à Paris à 2024 poussera les pouvoirs publics a oeuvrer pour une plus grande accessibilité dans la capitale. Lui-même membre du comité d'administration de l'événement, il assure travailler sur cette question en étroite collaboration avec la maire actuelle de Paris, Anne Hidalgo.

"Nous nous battons pour qu’en 2024, lorsque vous aurez des touristes en fauteuil roulant (...), qu’on puisse les accueillir à la hauteur d’une nation comme la France", a-t-il déclaré sur le plateau de BFM Paris.

À Londres, l'organisation des JO de 2012 avait en effet poussé la municipalité à adapter son métro, dans lequel près de 20% des stations sont accessibles aux personnes en fauteuil roulant.
Juliette Mitoyen