BFMTV

Grigny: un match de foot illégal rassemble plus de 300 personnes

Le maire de cette ville de l'Essonne, Philippe Rio, a dénoncé sur Twitter une "mise en danger de la vie d'autrui" et une forme "d'irrespect pour le personnel soignant" alors que les sports collectifs demeurent interdits en raison du contexte sanitaire.

Les images rappellent celles du match inter-quartiers qui a réuni plus de 400 personnes le week-end dernier à Strasbourg. À Grigny, dans l'Essonne, une rencontre de football opposant des jeunes de la ville à ceux de la cité des Tarterêts, à Corbeil-Essonnes, a vu se masser 300 personnes autour du stade Jean-Miaud, dans la zone des Radars.

Un match organisé en toute illégalité alors que la pratique des sports collectifs reste pour le moment interdite en raison du contexte sanitaire. Le rassemblement a par ailleurs largement dépassé la limite des dix personnes autorisées à se regrouper simultanément en cette période de déconfinement. Selon le gardien du stade, les jeunes seraient entrés par effraction sur le terrain en cassant un grillage.

"Mise en danger d'autrui, irrespect des personnels soignants"

Le maire de Grigny, Philippe Rio, a vivement dénoncé cette rencontre sportive et les scènes de liesse qui ont suivi, dont les images ont fait le tour des réseaux sociaux. On peut notamment y voir des dizaines de jeunes envahir le terrain de foot après des buts.

"Mise en danger d'autrui, irrespect des personnels soignants. C'est à ne plus rien comprendre du maître mot depuis deux mois. Sauvez des vies", a écrit l'élu communiste sur son compte Twitter.

Dans une réaction au Parisien, Philippe Rio a par ailleurs assuré que "la ville portera plainte pour mise en danger d'autrui.

Les attroupements liés à la rencontre du soir ont perduré dans la soirée dans la cité des Tarterêts, où l'équipe de Corbeil-Essonnes a célébré sa victoire 3 à 2 sur les jeunes de Grigny.

Juliette Mitoyen