BFMTV

Grève: à quoi s'attendre pour la huitième journée de mobilisation ce mercredi?

BFMTV

Une grève interprofessionnelle est prévue ce mercredi, pour une huitième journée de mobilisation. A l'appel des syndicats, des manifestations auront lieu à Paris et dans plusieurs villes de région. Malgré la grève, le trafic SNCF est annoncé "quasi normal".

Contre la réforme des retraites, les grévistes s’apprêtent une nouvelle fois à battre le pavé. A la veille du lancement de la conférence de financement de la réforme des retraites – à laquelle participera la CGT pour "expliquer comment améliorer (le) système actuel" – les syndicats ont impulsé une nouvelle journée de mobilisation, ce mercredi.

"Suite au succès de la journée d’actions du 24 janvier (qui a regroupé 249.000 personnes partout en France, selon le ministère de l’Intérieur, NDLR)" la CGT appelle à "une nouvelle journée de grève et de manifestations aux côtés des organisations syndicales FO, FSU, Solidaires, FIDL, MNL, UNL et Unef."

La mobilisation devrait se poursuivre les jours suivants, d’après le communiqué de presse publié par la CGT. Le syndicat incite en effet à "multiplier les initiatives les jeudi et vendredi avec des retraites aux flambeaux, des dépôts d’outils de travail, des assemblées générales, des initiatives en direction de la population". Mais pour l’heure, seule la journée de mercredi est concernée par un appel à la grève. BFMTV.com fait le point sur le programme de l’intersyndicale.

  • A Paris, un cortège entre le 13e et le 7e arrondissement 

La manifestation parisienne s’élancera de la place d’Italie, dans le 13e arrondissement, à 13h30, pour remonter vers le boulevard du Montparnasse et les Invalides. Le cortège terminera sa marche place Vauban dans le 7e arrondissement, pour une dispersion prévue à 19h00.

Lors de la dernière manifestation, le 24 janvier, 31.000 personnes avaient été recensées dans les rues de Paris par le ministère de l'Intérieur, tandis que la CGT en décomptait entre 350.000 et 400.000. Les syndicats espèrent que les manifestants seront encore une fois nombreux pour pour cette huitième journée de mobilisation. "La contestation a commencé il y a 50 jours, c'est normal qu'il y ait un peu de fatigue", concède ce mardi Olivier Terriot, délégué du personnel CGT RATP bus invité sur le plateau de BFMTV. 

Mais "on n'est pas à l'abri d'un second souffle. On est sur un tas de braises, il suffit de souffler un peu dessus. D'ailleurs les autres corporations de travailleurs se mettent de plus en plus en grève".
  • Le trafic RATP et SNCF "quasi normal"

Malgré cette nouvelle journée de mobilisation interprofessionnelle, le trafic sera "quasi normal", a affirmé la PDG de la RATP Catherine Guillouard, qui estime que la grève illimitée est "derrière nous".

"Pour mercredi, à ce stade, le niveau de déclaration de grève est très bas par rapport aux épisodes précédents. Le trafic devrait donc être quasi normal", a-t-elle déclaré dans un entretien au Parisien.

A la SNCF, "le service sera normal pour les TGV, Thalys, Eurostar et quasi normal pour les Intercités", a indiqué la direction. Pour les TER, "quelques perturbations" sont attendues en Auvergne-Rhône-Alpes, Provence-Alpes-Côte-d'Azur, Occitanie et Nouvelle-Aquitaine, selon le groupe ferroviaire.

En Ile-de-France, le réseau Transilien (RER, SNCF, trains de banlieue) sera "légèrement perturbé avec une moyenne de 4 trains sur 5" en circulation, a précisé la direction. Concernant les RER A et B, exploités conjointement par la SNCF et la RATP, il est prévu un "service normal" pour le RER A, tandis que sur la ligne du RER B, il y aura 4 trains sur 5 aux heures de pointe et 3 trains sur 4 en période creuse.

  • Bordeaux, Angers, Le Havre: les points de ralliement en région

Une manifestation est prévue à Bordeaux avec un départ à 13h00 depuis les allées de Tourny, jusqu’à la place de la Victoire, et perturbera légèrement le trafic des bus et des trams, selon Sud-Ouest.

Les manifestants se rassembleront également à Angers, Cholet et Saumur, à l’appel de l’intersyndicale départementale du Maine-et-Loire. A Saumur et Angers, la convergence doit avoir lieu à 10h30. A Cholet, le rendez-vous est fixé à 18h00, selon Ouest-France.

Une mobilisation est également prévue au Havre, à 10h00, mais avec moins de manifestants que lors du rassemblement du 24 janvier, précise le secrétaire de l’union locale CGT d’Harfleur à Paris Normandie. "On ne peut pas demander à tout le monde d’être à 100% tout le temps", souligne le syndiqué. Les syndicats gardent toutefois l'espoir que la mobilisation nationale reparte à la hausse. 

Ambre Lepoivre