BFMTV

Grande roue de Paris: les 3 coups de force de Marcel Campion

Depuis 1993 la Grande roue de Marcel Campion trône place de la Concorde.

Depuis 1993 la Grande roue de Marcel Campion trône place de la Concorde. - Thomas SAMSON - AFP

Alors qu’il était sommé de démonter sa grande roue, Marcel Campion a reçu jeudi le soutien de centaines de forains qui ont bloqué la place de la Concorde à Paris jeudi. Un coup de force qui n’était pas un coup d’essai pour celui surnommé le "roi des forains".

La fête foraine du jardin des Tuileries, la grande roue de la Concorde, le marché de Noël des Champs-Elysées sont tous des événements signés Marcel Campion. Au fil des décennies, l'influent forain de 76 ans a fait rentrer la fête foraine dans Paris au prix de nombreux bras de fer, qu'il a toujours remporté.

Le blocage de la place de la Concorde

Dernier coup d'éclat en date, le blocage de la place de la Concorde ce jeudi. Alors qu'au petit matin la place parisienne est normalement un axe très fréquenté par les automobilistes, la Concorde était déserte à l'aube. A chaque accès, des camions de forains bloquaient en effet le passage. Si Marcel Campion se défend d'avoir organisé cette manifestation, c'est bien pour le soutenir que des centaines de forains de toute la France s'étaient retrouvés.

Un soutien chaleureusement salué par Marcel Campion qui expliquait alors avoir reçu une demande du conservateur en chef des monuments historiques exigeant qu'il démonte sa grande roue. En début de matinée, le blocage a finalement été levé. Dans le même temps, Marcel Campion annonçait avoir finalement reçu un courrier l'autorisant à rester

  • L'occupation du jardin Tuileries 

En 1985 déjà, Marcel Campion affichait sa détermination. Il souhaite relancer la fête foraine des Tuileries. Avec ses collègues, il occupe le jardin. "On nous disait qu'avec les roulottes et les manèges, on allait abîmer les jardins (...). Alors on est rentré quand même et après les flics nous ont encerclés en nous intimant de sortir. Mais nous, on ne voulait pas", racontait-il en mars dernier au JDD. D'après lui, l'affaire se réglera d'homme à homme avec François Miterrand alors président de la République, qu'il aurait rencontré à l'abri des regards dans le jardin des Tuileries. Depuis, chaque année les manèges s'installent pour quelques semaines dans le parc.

Du forcing pour installer la grande roue

Quelques années plus tard, c'est aux abords des Tuileries qu'il réalise un nouveau coup de maître. Pour la première fois en 1993, il installe sa grande roue et met la mairie de Paris, alors dirigée par Jacques Chirac, devant le fait accompli. "J'avais trouvé un accord avec Jacques Chirac, il était d'accord pour que j'installe un manège pour les fêtes de Noël. Quand il a vu que j'avais installé une roue, il m'a dit que ça ne faisait pas parti de l'accord. Mais je lui ai répondu simplement qu'une grande roue, c'est un manège", se souvient le forain.

Depuis, la grande roue s'installe plusieurs fois par an place de la Concorde et fait partie du paysage parisien. Mais l'année dernière après les fêtes, Marcel Campion n'avait pas démonté sa roue, malgré une décision de la préfecture d'Ile-de-France, avait révélé Le Canard Enchaîné. Une occupation illégale? Marcel Campion assure lui avoir eu l'autorisation de la mairie de Paris d'exploiter sa roue notamment dans le cadre des festivités entourant l'Euro de football. Mais le forain ne cache pas sa volonté de voir la grande roue installée de façon permanente place de la Concorde.

Carole Blanchard