BFMTV

GPA: La Manif pour tous demande "des actes" à Valls

Manuel Valls "a même complétement modifié sa position sur la GPA, c'est formidable", a salué Ludovine de la Rochère.

Manuel Valls "a même complétement modifié sa position sur la GPA, c'est formidable", a salué Ludovine de la Rochère. - BFMTV

Ludovine de la Rochère, présidente de la Manif pour tous, s'est félicitée vendredi du changement de position de Manuel Valls sur la GPA. Elle appelle néanmoins toujours à la mobilisation dimanche: "maintenant nous voulons des actes".

Le Premier ministre Manuel Valls a durci la ligne gouvernementale contre la gestation pour autrui (GPA), à deux jours de la Manif pour tous contre la politique familiale et sociétale de l'exécutif. Réaffirmant la position de François Hollande - la GPA "est et sera interdite en France" - le Premier ministre a annoncé dans un entretien à La Croix que la France "exclut totalement" d'autoriser "la transcription automatique" des actes de filiation d'enfants nés par mère porteuse à l'étranger, "car cela équivaudrait à accepter et normaliser la GPA".

"Il a voulu enfin exprimer le fait qu'il entendait ce que nous disons depuis des semaines et des semaines, qu'il y a un problème majeur avec la gestation pour autrui", a commenté vendredi Ludovine de la Rochère, présidente de la Manif pour tous sur BFMTV.

"Manuel Valls revient sur les choses d'une manière plus exacte et avec plus de précision et d'écoute", selon celle qui a pris la place de Frigide Barjot. "Il a même complètement modifié sa position sur la GPA, c'est formidable", a-t-elle salué.

"Contrairement à ce que disent ceux qui sont par principe hostiles à la GPA, je crois que si celle-ci est maîtrisée, elle est acceptable, et j’y suis donc favorable. À terme, je suis favorable à une évolution législative, mais contrairement au mariage, ce n’est pas la position du PS", avait dit Manuel Valls en avril 2011 dans une interview au magazine Têtu. Une position qu'il avait vite abandonnée.

Manifestation dimanche

La Manif pour tous appelle néanmoins à battre le pavé une nouvelle fois, à Paris et à Bordeaux dimanche pour défendre "l'intérêt supérieur de l'enfant".

Interrogée sur les dérapages qui ont déjà émaillé les cortèges, la présidente du mouvement, les a comparés aux casseurs des soirs de match au Trocadéo. "Nos manifestations sont pacifistes", a insisté Ludovine de la Rochère. "Je n'ai jamais vu dans nos manifestations de groupes extrémistes", a-t-elle ajouté.

K. L.