BFMTV

Gilets jaunes: quelle suite pour le mouvement? 

Après une première journée d'action ce 17 novembre dans toute la France, vers où va ce mouvement qui a mis plus de 287.000 gilets jaunes dans la rue contre la hausse des taxes sur le carburant et la baisse du pouvoir d'achat?

Quelle suite donner au mouvement de protestation des "gilets jaunes"? C'est la question qui se pose après cette journée du 17 novembre. Ce samedi, dans toute la France, plus de 287.000 personnes ont protesté contre la politique du gouvernement, particulièrement contre la hausse des taxes sur le carburant et la baisse du pouvoir d'achat. Selon le ministère de l'Intérieur, il y a eu 2.034 rassemblements sur l'ensemble du territoire. Des manifestations parfois tendues qui ont entraîné des accidents faisant un mort et 409 blessés, dont 14 grièvement.

Sans leader et sans encadrement par des organisations politiques et syndicales, ce mouvement reste peu lisible et prévisible. La suite des événements n'est pas encore écrite. Mais les réponses du gouvernement n'ont sans doute pas de quoi satisfaire les "gilets jaunes".

A Caen, toujours mobilisés

En effet, l'exécutif se montre inflexible sur la fiscalité du carburant. Mercredi, Edouard Philippe avait assuré rester ferme sur la taxe des carburants, tout en annonçant sur RTL un élargissement du chèque énergie et une augmentation de la prime à la conversion pour les ménages modestes. Un message qui n'a pas apaisé les mécontents. 

Sur notre antenne, ce samedi, Laetitia Dewalle, figure du mouvement des gilets jaunes dans le Val d'Oise, a indiqué son intention de continuer le mouvement. "Jusqu'à ce que l'Etat prenne en compte nos revendications", a-t-elle martelé. Elle espère que les routiers ou les ambulanciers vont prendre le relais dans la semaine, et compte se mobiliser de nouveau le week-end prochain. 

5000 patrouilles en place

A Caen, au milieu de la nuit, des manifestants sont toujours dans la rue. A l'entrée de l'A13, ils scandent des "Macron démission", mettent en place des barrages filtrants et paralysent une partie du périphérique de la ville. Plusieurs dizaines de points de blocage sont maintenus ailleurs en France. 

Sur le site Blocage17novembre.com, qui a centralisé les actions de ce jour, le message est clair: "Poursuivons le mouvement une semaine!", affiche le site ce samedi soir. Il propose également une carte avec des actions pour un "blocage d'une semaine", avec une vingtaine d'événements, dont certains visent des aéroports. 

De son côté, Manuel Bompard, directeur national des campagnes de La France insoumise, invité sur BFMTV, a indiqué que "ce mouvement auto-organisé, n'appartient pas à une force politique (...) mais il me semble que ce mouvement doit se poursuivre tant que les revendications ne sont pas satisfaites".

"Et il me semble que rien ne bouge", a-t-il ajouté, invitant les "gilets jaunes" à rester mobilisés. "Le gouvernement doit enfin entendre ces revendications". 

Le ministère de l'Intérieur a déjà fait savoir que 5000 patrouilles étaient mobilisées cette nuit en France afin d'éviter tout incident.

Ivan Valerio