BFMTV

Gilets jaunes: 7 interpellations à Montpellier, 500 black blocs infiltrés dans le cortège

500 black blocs ont infiltré la manifestation des gilets jaunes à Montpellier

500 black blocs ont infiltré la manifestation des gilets jaunes à Montpellier - Antenne BFMTV

Quatre manifestants et quatre membres des forces de l'ordre ont par ailleurs été blessés, selon la préfecture de l'Hérault, lors de ce 30e samedi de mobilisation.

Des tensions ont éclaté en marge de la 30e journée de mobilisation des gilets jaunes ce samedi à Montpellier, où un appel national à manifester avait été lancé.

Selon la préfecture de l'Héirault, quatre manifestants et quatre membres des forces de l'ordre ont été blessés. Sept interpellations ont également eu lieu en marge de la mobilisation. Par ailleurs, 500 blacks blocs ont été décomptés lors de cette manifestation à Montpellier, à laquelle ont participé 2000 gilets jaunes, toujours selon la préfecture.

Au niveau national, 3700 personnes étaient mobilisées ce samedi à 14 heures pour la 30e journée du mouvement des gilets jaunes, donc 1100 à Paris, d'après des chiffres du ministère de l'Intérieur. À titre de comparaison, 2600 manifestants ont participé au mouvement la semaine dernière, dont 1300 dans la capitale.

"Dictature!", "collabos"

Dès midi, des centaines de personnes se sont rassemblées place de la Comédie, en plein centre de Montpellier, derrière une banderole "Résistance, nous sommes du bon côté de l'Histoire".

A peine le cortège s'est-il ébranlé, la situation s'est tendue, et les forces de l'ordre, en nombre, ont fait usage de gaz lacrymogènes en pleine rue commerçante, pour empêcher les manifestants de gagner la préfecture. Beaucoup parmi eux portaient des masques et criaient "dictature!".

Malgré l'appel de la préfecture à fermer les commerces, la plupart des magasins et des restaurants étaient ouverts. Des vigiles qui montaient la garde devant les commerces se faisaient traiter de "collabos".

Depuis le début du mouvement, Montpellier est une "place forte" des "gilets jaunes", dans laquelle les manifestations dégénèrent souvent et donnent lieu à de nombreuses interpellations.

Rym Bey avec Juliette Mitoyen et AFP