BFMTV

"Tout seul, c'est un peu dur": fêter son anniversaire pendant le confinement

Un gâteau d'anniversaire (photo d'illustration)

Un gâteau d'anniversaire (photo d'illustration) - Will Clayton-AFP

Comment concilier anniversaire et confinement? Champagne pour certains, pâtisseries pour d'autres et apéro-vidéo pour (presque) tout le monde.

Joyeux anniversaire confiné. Alors que les Françaises et Français sont cloués chez eux depuis deux semaines et que le confinement devrait durer plus longtemps qu'annoncé initialement, certains ont dû ou vont devoir souffler leurs bougies seuls, enfermés entre leurs quatre murs.

Religieuses et Paris-Brest

C'est le cas de Karma*, une autrice qui fêtera ses 31 ans vendredi. La jeune femme, qui réside à Paris, n'aura que son chat pour lui tenir compagnie. "J'ai prévu de déboucher du champagne et je me ferai un petit plaisir en allant à la pâtisserie", confie à BFMTV.com la jeune femme qui respecte scrupuleusement le confinement. Elle envisage déjà une razzia de religieuses - café et chocolat - et Paris-Brest. Elle projette également d'enfiler pour l'occasion "une robe de princesse".

"Ce sera le seul jour du confinement où je serai jolie! Le confinement, je l'accepte. Mais là, c'est quand même un jour où on a tous envie de tendresse. Le côté festif, tout seul, c'est un peu dur. On se dit qu'on rattrapera tout ça après le confinement, mais il y aura tellement de choses à rattraper qu'on ne rattrapera rien du tout."

Sa mission d'ici vendredi: installer à distance une application de visio-conférence sur l'ordinateur de ses parents. Ses amis l'attendent déjà pour un apéro-anniversaire-vidéo. "Je leur lancerai des petits défis, comme de me chanter des chansons, heureusement que les réseaux sociaux sont là."

16 sur Houseparty

C'est exactement ce que s'est dit Jean-Paul*, ce Parisien qui a fêté ses 40 ans le premier week-end du confinement. En lieu et place de la fête que cet employé de banque avait organisée avec une cinquantaine d'amis dans une maison à Montreuil, en Seine-Saint-Denis, il s'est contenté d'un apéritif à 16 chez lui sur Houseparty, un réseau social qui permet le chat vidéo de groupe.

"Ma copine m'a fait la surprise d'avoir rassemblé mes amis sur cette application. Ils m'ont aussi fait une petite vidéo, ça a un peu fait passer la pilule de l'anniversaire raté, sourit-il avec amertume pour BFMTV.com. C'est un moment que j'attendais, l'occasion de rassembler beaucoup de personnes que j'apprécie, notamment du Sud-Ouest, je suis quand même tombé de haut."

En une demi-heure, les festivités étaient bouclées. Ce changement de programme a tout de même fait trois heureux: ses trois enfants de 4 (des jumeaux) et 8 ans, ravis d'avoir pu participer à cette petite fête virtuelle.

Champagne et bon vin

Pour Sarah*, une journaliste qui aura 33 ans samedi, pas question d'organiser un apéro-vidéo. "Ça ne marche pas, ça piaille dans tous les sens et je n'ai pas envie de passer une heure le soir au téléphone", déclare-t-elle à BFMTV.com. Elle et son compagnon prévoient tout de même un bon dîner à défaut du week-end qu'ils envisageaient de passer hors de Montrouge, dans les Hauts-de-Seine, où ils résident avec leur fils de 13 mois.

"De toute façon, avec un bébé, on n'aurait pas fait de folie. On va essayer de composer avec ce qu'on a. Notre caviste est resté ouvert, j'ai l'assurance d'y trouver du champagne et une bonne bouteille de vin", ajoute-t-elle, soulagée.

Une bougie 7 et une bougie 3 pour faire 10 ans

Elise*, 36 ans, a dû improviser pour l'anniversaire de son fils aîné, Ylan, qui a eu 10 ans au tout premier jour du confinement. "On devait faire un karting en famille et aller au restaurant dans la soirée, un laser-game avec ses copains était prévu le samedi suivant, tout a été annulé", explique-t-elle à BFMTV.com. Pour compenser, la jeune femme qui gère une entreprise d'informatique en Seine-et-Marne a proposé à son fils de choisir le menu du jour - hamburger et frites - et le le film du soir regardé en famille - un documentaire sur l'espace.

"Mais en allant faire les courses, il n'y avait plus de pommes de terre ni de pain pour les hamburgers! Les supermarchés avaient été dévalisés. J'ai dû faire avec les moyens du bord. Je n'avais pas non plus de bougies 10 ans, alors on a mis une bougie 7 et une bougie 3 sur le gâteau."

Heureusement côté cadeaux, ils avaient été commandés à l'avance - une BD et un poster de photos de son fils. "C'est une tradition familiale, tous les dix ans, on offre un poster avec une photo de la personne par an." La jeune femme espère que le confinement sera levé pour l'anniversaire de son cadet, au mois de juin. "On est encore large mais comme à chaque fois le confinement est prolongé..."

Une entorse au confinement

Certains n'hésitent pas à braver exceptionnellement les interdits. C'est le cas de Maïla*, une réalisatrice qui a fêté ses 33 ans jeudi dernier. Cette habitante de Rosny-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis, ses deux sœurs, son frère et son neveu se sont tout de même réunis chez leur mère pour l'occasion. Le dîner familial a été raccourci et expédié - "bougies soufflées comprises" - en une heure.

"L'une de mes soeurs est infirmière, témoigne la jeune femme pour BFMTV.com. Elle a veillé ce que toutes les précautions soient prises. On a enlevé les chaussures dès l'entrée, on s'est lavé les mains, aucune embrassade et on est resté très éloigné les uns des autres." 

La trentenaire, venue en voiture, s'était munie d'une attestation dérogatoire de déplacement, précisant un "motif familial impérieux". "Je savais que ça n'aurait pas tenu si j'avais été contrôlée", ajoute Maïla, bonne joueuse.

Pour d'autres, un anniversaire confiné devient l'occasion de faire un peu d'humour. C'est le cas de Stan Wawrinka, le champion de tennis suisse, qui a trouvé le moyen de célébrer ses 35 ans malgré la solitude. Dans une vidéo hilarante, il s'est mis en scène, décliné à de multiples reprises, soufflant ses bougies.

Ballons et guirlandes

Pour Marie*, une habitante de Saint-Ouen, en Seine-Saint-Denis, les anniversaires à un jour d'écart de sa mère et de sa fille, Mila, âgée de 3 ans - les 24 et 25 mars - se sont transformés en apéro-vidéo. Elle et ses parents - qui habitent dans la même rue - se sont donc retrouvés à 19h30 pour trinquer par téléphones interposés. "On a aussi applaudi les soignants ensemble à 20 heures."

C'est sa fille qui a ouvert en direct le cadeau de sa mère. "C'est un pull de mi-saison. Si ça avait été un gros pull d'hiver, elle n'aurait pu le porter que l'année prochaine. Là, après le confinement, elle devrait encore pouvoir le mettre," raconte cette coach sportive à BFMTV.com.

Le lendemain, pour la fillette, le champagne a été débouché et la famille au grand complet - beau-frère, belle-soeur et leurs enfants, ses parents et ceux de son mari, cousine et cousin - a pu profiter, toujours par téléphone, d'une mise en scène festive.

"On a décoré l'appartement de ballons et guirlandes, poursuit Marie, 36 ans. On a fait venir Milla et toute la famille lui a chanté 'Joyeux anniversaire' devant son gâteau décoré de bougies pétillantes. J'avais heureusement acheté son cadeau il y a un moment, un parc de jeu avec toboggan Playmobil qu'elle voulait absolument, et mes parents lui ont fait livrer un vélo. Elle était très contente."

Tous les témoins marqués d'une * n'ont souhaité être présentés que par leur prénom.

Céline Hussonnois-Alaya