BFMTV

Violence à l'école : les profs s'assurent

-

- - -

C’est un élément révélateur d’un certain mal-être dans l’Education nationale. Depuis quatre ans, l’assureur MAIF, associé aux Autonomes de Solidarité laïques, propose aux enseignants un contrat de couverture des risques professionnels, qui comprend notamment les violences, les injures ou les menaces dont ils peuvent être victimes.

C’est un des grands succès de la rentrée, mais ce n’est pas forcément une bonne nouvelle. Le contrat d’assurance des risques professionnels proposé par la MAIF aux enseignants connait un véritable engouement : près de 50% des professeurs de l’enseignement public et des personnels de direction y ont souscrit. Pour 40 euros par an, cette protection couvre les accidents professionnels pris au sens large.

En cas d’insultes répétées par exemple, les professeurs peuvent bénéficier d’un accompagnement et d’un soutien psychologique. Une assistance juridique et financière est également proposée dans les cas plus grave.

Recrudescence des litiges

Depuis l’application des lois Fillon et Darcos supprimant la formation pédagogique des enseignants, la MAIF a constaté une recrudescence des litiges dont sont victimes les professeurs. Ainsi l’an dernier, une directrice avait été prise en otage par des parents d’élèves exigeant le remplacement d’un professeur stagiaire. Une autre s’était immolée par le feu dans la cour de son lycée, à Béziers. Depuis 2008, plus de 10 000 dossiers ont déjà été traités.