BFMTV

Rythmes scolaires à Paris: trois semaines pour convaincre

A la rentrée, on change de rythme de travail dans les écoles parisiennes.

A la rentrée, on change de rythme de travail dans les écoles parisiennes. - -

Dès la rentrée, la semaine de 4,5 jours entrera en vigueur dans les écoles de la capitale. Et cela ne va pas sans poser problème. La Ville organise des réunions d'information pour déminer le terrain.

"Nous serons prêts à la rentrée. On ajustera les bugs s'il y en a mais on proposera des activités à tous les enfants", affirme à BFMTV.com Colombe Brossel, adjointe au maire de Paris en charge de l'éducation.

C'est que le temps presse. La réforme des rythmes scolaires doit être appliquée dans la capitale en septembre 2013. Alors dès la semaine prochaine, des réunions d'information seront organisées dans les écoles, du 15 juin au 4 juillet, pour préciser l'emploi du temps des enfants.

Au coeur du système et des crispations: les ateliers péri-éducatifs mis en place pour alléger les journées de classe. Car si les élèves parisiens -comme leurs camarades d'un certain nombre de villes- iront à l'école 4,5 jours dans la semaine, mercredi matin compris, leur temps d'enseignement reste identique. Il incombait donc à la Mairie de Paris d'organiser des activités le mardi et le vendredi de 15h à 16h30. Et c'est là que le bât blesse.

> Le programme des activités

En avril, deux appels à projets ont été lancés par la municipalité afin d'organiser des ateliers pour les élèves. Mais depuis, de nombreux parents d'élèves se plaignent de ne pas en savoir plus. Les réunions d'information qui débutent lundi doivent permettre, école par école, de faire la lumière sur le sujet et de présenter les ateliers retenus.

"Nous avons reçu plus de 1.600 propositions émanant de 750 associations ou institutions", détaille Colombe Brossel. "Depuis le 4 juin, nous avons statué sur les dossiers et nous sommes en mesure d'indiquer quelles animations seront mises en place", explique l'élue. Au menu: du sport, du cirque, du théâtre, de l'initiation à la musique, de la peinture, de l'éveil aux activités scientifiques...

Et quid des activités dans les écoles maternelles que certains parents craignent de voir cantonnées à des activités assurées par des Asem (agents spécialisés des écoles maternelles) ou des animateurs de la Ville? "Nous avons reçu moins de projets pour les maternelles que pour l'élémentaire. Mais des ateliers assurés par des associations seront également mis en place", affirme l'élue parisienne.

> Qui fera quoi? Avec quels moyens?

Autre incertitude: l'identité et le nombre d'encadrants. Parents d'élèves comme enseignants, comme l'opposition au Conseil de Paris se sont émus du flou qui règne autour de l'organisation de ces ateliers. Plus nuancée, la FCPE Paris accueille avec "un optimisme responsable" la réforme mais reste vigilante sur "la coordination des ateliers et l'accompagnement des REV (responsables éducatifs Ville) en charge de ces activités péri-éducatives", explique Anne Coret, secrétaire générale de la FCPE Paris.

"Une partie des ateliers sera assurée par les associations ou les organismes qui ont été sélectionnés, l'autre partie sera mise en place avec des personnels de la Ville que nous avons recrutés. Il s'agit de vacataires avec lesquels nous travaillons depuis longtemps, à qui nous avons proposé des contrats pérennes et que nous formons", précise Colombe Brossel.

Et pour ne léser personne, les groupes pourront tourner pour faire bénéficier à chacun des ateliers auxquels il souhaite participer. Car l'effectif des groupes sera nécessairement restreint, le nombre maximal d'enfants par encadrant étant déterminé par la loi.

Violaine Domon