BFMTV

Reconnu coupable d'atteinte sexuelle, un institueur de l'Aisne interdit d'exercer à vie

L'homme a été condamné à six mois de prison.

L'homme a été condamné à six mois de prison. - AFP

Un enseignant de Merlieux-et-Fouquerolles, dans l'Aisne, a été condamné à six mois de prison après avoir baissé le pantalon et la culotte d'une fillette de 7 ans devant ses camarades de classe.

Pour la défense, il n'y avait aucune connotation sexuelle dans cette affaire. Un enseignant de l'école de Merlieux-et-Fouquerolles, commune de 275 âmes dans l'Aisne, a été condamné à six mois de prison avec sursis après avoir été reconnu coupable de "violence par une personne chargée d'une mission de service public" et d'"atteinte sexuelle sur un mineur de moins de 15 ans". Une peine assortie d'une interdiction définitive d'exercer toute activité avec des enfants, rapporte la presse locale.

L'audience s'est déroulé à la mi-mai mais la justice avait mis sa décision en délibéré avant de la rendre mardi. Lors du procès, l'accusation avait tenté de dépeindre le portrait d'un "prédateur sexuel". En plein cour, l'instituteur de 42 ans avait fait asseoir une enfant de sept ans sur une table avant de lui baisser son pantalon et sa culotte. Cette version avait été confirmée par les camarades de la victime.

Version contre version

Pour la défense, ces témoignages n'étaient pas crédibles alors que les enfants avaient été interrogés par les enquêteurs en petit groupe. Ce qui aurait pu avoir sur eux la possibilité d'être influencés. "Si mon client avait eu l’instinct sexuel de déshabiller cette petite fille, il ne l’aurait pas fait devant toute la classe, avait insisté son avocate Me Panzani. Dans ce dossier, la connotation sexuelle n’existe pas."

Selon l'enseignant, toujours bien noté par sa hiérarchie, il n'a aucun souvenir que la fillette a eu la culotte baissée. L'enfant voulait, selon lui, qu'il corrige son exercice. Mais s'occupant d'autres enfants, la petite fille serait montée sur son bureau. Alors qu'il la portait pour la faire redescendre, il se serait rendu compte que l'enfant avait le pantalon baissé. Devant une salle de classe hilare. "Je lui ai dit de se rhabiller", a-t-il affirmé.

J.C.