BFMTV

Paris : un homme se suicide dans le hall d'une école maternelle devant une dizaine d'enfants

Des parents récupèrent leurs enfants à la sortie de la maternelle La Rochefoucauld, dans le VIIe arrondissement de Paris, après qu’un homme se soit suicidé dans le hall de l’établissement.

Des parents récupèrent leurs enfants à la sortie de la maternelle La Rochefoucauld, dans le VIIe arrondissement de Paris, après qu’un homme se soit suicidé dans le hall de l’établissement. - -

Un homme d'une cinquantaine d'années s’est donné la mort ce jeudi matin à Paris dans le hall d’une école maternelle et devant une dizaine d’enfants, a annoncé la police. Arrivé avec un fusil a canon scié, il a retourné l'arme contre lui.

Terrible drame à Paris ce jeudi matin. Un homme d'une cinquantaine d'années s'est suicidé en fin de matinée, à l'aide d'un fusil à canon scié, dans le hall d'une école maternelle parisienne devant une dizaine d'enfants, a-t-on appris de source policière. Selon les premiers éléments de l'enquête, l'homme est entré dans le hall de l'établissement scolaire privé La Rochefoucauld, située rue Cler (Paris 7e) et a retourné l'arme contre lui devant des enfants de CP ainsi qu'un adulte dont on ignore la fonction.

« J'ai vu le monsieur qui était par terre avec tout le sang »

De source proche de l'enquête, l'homme, qui serait connu des services de police pour violences intra-familiales, n'est pas entré par la cour principale mais dans un bâtiment en brique adjacent, d'où il a accédé directement au hall d'accueil. Un fusil et quelques papiers à la main, l'homme, très agité, s'est dégagé des deux gardiennes qui tentaient de le neutraliser avant de placer le canon de son fusil sous sa mâchoire. Il a tiré et est mort sur le coup.
Un élève de CE2 interrogé par RMC, raconte qu'il a vu l'homme au milieu du hall d'abord jeter des feuilles de papier au dessus de lui. « On a cru que c'était un terroriste », dit cet enfant. Puis l'homme a sorti son fusil et s'est tiré dans la tête. « J'ai vu le monsieur qui était par terre avec tout le sang », a-t-il poursuivi.

« La sécurité n'est pas en cause »

Une cellule de soutien psychologique a été mise en place, a indiqué l'Académie de Paris. L'école maternelle fait partie d'un ensemble scolaire qui comprend également l'école élémentaire, le collège et le lycée dans le quartier du Gros Caillou à deux pas des Invalides et de la Tour Eiffel.
Le ministre de l'Education est rentré « en urgence » de Bruxelles où il était en déplacement, pour se rendre sur les lieux en début d'après-midi. Pour Vincent Peillon « la sécurité n'est pas en cause » dans ce drame. « Les personnels de l'école n'ont aucun reproche à se faire. Les deux femmes de l'entrée ont tenté d'empêcher ce déséquilibré de rentrer dans l'école, mais celui-ci s'est montré violent». Anne Hidalgo, première adjointe au maire socialiste de Paris, a également affirmé peu avant le ministre que « des gardiennes se sont opposées à l'intrusion de cet homme ». L'arme « était dans son sac. Il a été dans l'impossibilité d'aller plus loin que le début du hall de l'école », a détaillé Rachida Dati, la maire UMP de l'arrondissement.

Tugdual de Dieuleveult avec AFP