BFMTV

Nouveaux rythmes scolaires: qu'en pensent les spécialistes?

Trois semaines après la mise en place de la semaine de 4,5 jours, directeurs, professeurs, enfants et parents se plaignent de fatigue.

Trois semaines après la mise en place de la semaine de 4,5 jours, directeurs, professeurs, enfants et parents se plaignent de fatigue. - -

Trois semaines après la mise en place de la semaine de 4,5 jours, directeurs, professeurs, enfants et parents se plaignent de fatigue. Les chronobiologistes, ont leur avis sur la question.

Désorganisation, fatigue des enfants, coût pour les communes, les nouveaux rythmes scolaires suscitent de nombreux mécontentements. Mise en place dans 4.000 villes à la rentrée 2013, la semaine de 4,5 jours s'attire aussi bien les critiques des personnels de l'éducation que des parents d'élèves. Même auprès des spécialistes de la question, les chronobiologistes, les avis divergent.

Pour les parents, pas de doute, les nouveaux rythmes scolaires épuisent leurs enfants: "Ma fille est fatiguée tous les matins. On les couche plus tôt qu'avant", explique une mère de famille. "Avant, ils avaient la coupure du mercredi, maintenant ils ne l'ont plus", se plaint une autre maman.

Trop tôt pour se prononcer

"Il y a toujours une période d'adaptation, quel que soit l'aménagement du temps. Il faut habituer les enfants à la vie scolaire. C'est une période de transition qui est plus ou moins longue", explique François Testu, chronobiologiste. Mais pour lui, et comme pour la plus part des spécialistes de la question, il est trop tôt pour faire le lien entre cette fatigue et les nouveaux rythmes. "Faire le constat maintenant, c'est trop rapide", estime ce dernier.

Certains, à contrario, font remarquer que certaines organisations du temps scolaire sont plus fatigantes que d’autres. "Il y a pour les enfants, tout un travail de repérage et passer d'un temps à l'autre, d'un lieu à l'autre, d'un référent à l'autre, est pour les plus jeunes, une source de fatigue", fait remarquer Claire Leconte, une autre chronobiologiste.

Pour elle, il faudrait ainsi retravailler le décret qui encadre les nouveaux rythmes scolaires, mais sans remettre en cause les cours le mercredi matin. Quoi qu'il en soit, tous sont d'accord sur un point: coucher ses enfants à la même heure tous les soirs, y compris le week-end.

A.-L.B. avec V. Fèvre