BFMTV

Menaces de tuerie dans un lycée : un suspect libéré

Le 17 mai, plus de 750 policiers et gendarmes avaient été déployés devant les 59 lycées du Bas-Rhin après des menaces sur Internet.

Le 17 mai, plus de 750 policiers et gendarmes avaient été déployés devant les 59 lycées du Bas-Rhin après des menaces sur Internet. - -

Un adolescent de 18 ans soupçonné d'avoir menacé sur internet de commettre une fusillade dans un lycée et interpellé dimanche en Haute-Saône, a été libéré ce lundi, aucune charge n'ayant été retenue contre lui, a-t-on appris auprès du parquet de Strasbourg. L'enquête se poursuit.

Un adolescent de 18 ans soupçonné d'avoir menacé sur internet de commettre une fusillade dans un lycée et interpellé dimanche en Haute-Saône, a été libéré ce lundi en milieu de journée après une nuit passée en garde à vue, aucune charge n'ayant été retenue contre lui, a-t-on appris auprès du parquet de Strasbourg. « La garde à vue a été levée. Rien ne permet d'incriminer ce jeune, ni de près ni de loin », a déclaré la vice-procureure Lydia Pflug.
Le jeune homme, originaire de Mulhouse, et qui fêtait son 18e anniversaire ce lundi, avait été interpellé sur la base de sa « forte ressemblance » avec la photo de l'internaute suspecté d'avoir envoyé des menaces le 14 mai depuis un cybercafé de Strasbourg. Les enquêteurs étaient remontés jusqu'à lui à la suite d'un renseignement obtenu via le numéro vert spécialement mis en place dans le cadre de ce dossier. Après la libération de ce jeune majeur, les enquêteurs « continuent à explorer d'autres pistes », a indiqué Lydia Pflug. L'enquête avait déjà mené samedi à l'interpellation de deux frères d'une vingtaine d'années au domicile de leurs parents. Cette piste a rapidement été écartée et aucune charge n'a été retenue contre eux.

Des menaces « prises au sérieux »

De son côté, le ministre de l'Intérieur Manuel Valls a estimé lundi qu'il faudrait du temps pour que l'enquête aboutisse. « Une enquête très vaste a été menée sous l'autorité du parquet de Strasbourg. Tout est fait pour retrouver celui ou ceux qui seraient l'auteur ou les auteurs de ces menaces », a déclaré le ministre en marge d'un déplacement à Villiers-sur-Marne. « Ces menaces, il faut les prendre au sérieux. Je pense qu'il nous faudra encore du temps pour appréhender les auteurs de ces menaces (...) ou de ce canular », a ajouté Manuel Valls.
Vendredi, plus de 750 policiers et gendarmes avaient été déployés devant les 59 lycées du Bas-Rhin, et le dispositif de sécurité maintenu autour des établissements encore ouverts samedi matin, après qu'un internaute anonyme eut posté sur un forum sur internet un message dans lequel il menaçait de commettre un massacre dans un lycée, puis de se suicider. Les responsables de la sécurité devraient décider dans la journée d'une éventuelle adaptation du dispositif de sécurité autour des établissements scolaires, a indiqué Claude Palpacuer, le procureur adjoint de Strasbourg.

La Rédaction, avec AFP