BFMTV

Laïcité: plus de 4 enseignants sur 10 disent s'être déjà autocensurés, selon un sondage

Des élèves de Bischwiller, en Alsace, observent un minute de silence en hommage au professeur assassiné Samuel Paty, le 2 novembre 2020

Des élèves de Bischwiller, en Alsace, observent un minute de silence en hommage au professeur assassiné Samuel Paty, le 2 novembre 2020 - PATRICK HERTZOG © 2019 AFP

Une étude publiée ce mercredi par l'Ifop révèle que le nombre d'actes de contestation de la laïcité est en hausse dans les établissements scolaires en France.

Le nombre d'actes de contestation des enseignements et du principe de laïcité au sein des établissements scolaires continue de progresser en France, révèle une étude de l'Ifop sur "les contestations de la laïcité et les formes de séparatismes religieux à l’école" réalisée pour la fondation Jean Jaurès et Charlie Hebdo et publiée ce mercredi.

Cette enquête, qui intervient près de trois mois après l'assassinat du professeur Samuel Paty, a été réalisée en ligne du 10 au 17 décembre 2020 auprès d'un échantillon de 801 enseignants des premier et second degrés en France métropolitaine.

De manière générale, l'étude montre que les enseignants sont de plus en plus nombreux (42%) à s'autocensurer au sein de leurs établissements et dans leurs enseignements, afin d'éviter de possibles incidents qui pourraient être provoqués par certains élèves. La proportion est plus elevée dans le secondaire (49%), où il a progressé de 13 points par rapport à 2018 selon l'Ifop.

Des signes de séparatisme plus récurrents

Au collège et lycée, 53% des professeurs interrogés déclarent que certains de leurs enseignements font l'objet de contestations, et que certains élèves tentent de s'y soustraire, selon l'étude. Un chiffre en hausse de 12 points par rapport à 2018.

Par ailleurs, les signes de séparatisme religieux n'apparaissent pas anecdotiques pour les sondés, puisqu'au total, 59% des enseignants français disent y avoir été confrontés au moins une fois au sein de leur établissement. 45% des professeurs de classes de primaire, collège ou lycée affirment par exemple avoir observé dans les établissements scolaires des absences de jeunes filles à des cours de piscines. 

28% remontent des refus d'entrer dans des édifices religieux lors de sorties scolaires. 24% ont déjà connu des contestations de repas de Noël, d'arbres de Noël et de galette des rois au nom de leur caractère chrétien. Selon l'étude, 21% des enseignants disent avoir fait face à des refus d'enfants de se donner la main au nom des convictions religieuses. 9%, encore, remontent des demandes d'organisation des cantines en fonction de la religion des élèves.

Des contestations lors de l'hommage à Samuel Paty

Interrogés sur la décision de Samuel Paty de dispenser un cours sur la liberté d'expression en s'appuyant sur des caricatures de presse, trois quarts des professeurs interrogés (75%) le soutiennent, 9% pensent qu'il a eu tort et 16% préfèrent ne pas se prononcer.

L'étude révèle aussi qu'un enseignant sur cinq (19%) a observé au moins une contestation ou désapprobation lors des hommages au professeur d'histoire-géographie qui ont eu lieu à l'automne dernier. Un chiffre qui monte à un tiers (34%) dans les quartiers prioritaires. Début décembre, le ministère de l'Éducation avait fait savoir que près de 800 incidents avaient été signalés en France lors des hommages à Samuel Paty dans les établissements scolaires.

Véronique Fèvre avec Jeanne Bulant