BFMTV

Les deux pistes du gouvernement pour organiser le bac 2020

Le Premier ministre Edouard Philippe a d'ores et déjà annoncé que le baccalauréat 2020 devrait être organisé "d'une façon nouvelle et originale" en raison des mesures de confinement liées au coronavirus, ajoutant qu'il penchait sur la piste du contrôle continu.

Le Premier ministre a donné ce jeudi des pistes sur les modalités du prochain examen du baccalauréat 2020, alors que Jean-Michel Blanquer martèle depuis quelques semaines que celui-ci aura bien lieu cette année. Le ministre de l'Education doit détailler d'ici la fin de semaine les options retenues pour que les Terminales puissent obtenir leur diplôme du baccalauréat. 

"Ce qui est acquis c'est qu'il n'est pas possible que les élèves puissent passer le baccalauréat dans des conditions normales. Cette machinerie annuelle ne va pas pouvoir être mise en oeuvre dans les bonnes conditions", a affirmé le chef du gouvernement sur TF1.
"L'interruption des cours, des classes ... va avoir un impact sur la capacité de chacun à respecter la totalité du programme", a reconnu Edouard Philippe. "Il est donc acquis que les épreuves ne pourront pas se dérouler au mois de juin comme chaque année".

Une organisation "totalement neuve et originale"

"Cela veut dire que très probablement il va falloir organiser les épreuves du bac 2020 d'une façon totalement neuve et originale", a-t-il ajouté.

En raison de l'épidémie de coronavirus, quelque 700.000 lycéens français de Terminale sont confinés chez eux depuis l'annonce de la fermeture des établissements scolaires le 16 mars dernier. Sur TF1, Edouard Philippe a donc dévoilé les contours de l'édition 2020 du baccalauréat.

"Soit les épreuves auront lieu sur le fondement du contrôle continu complet c'est-à-dire les notes des deux premiers trimestres puis peut-être du troisième si les cours pouvaient reprendre normalement au cours des mois de mai et de juin", a avancé Edouard Philippe sur TF1.

Contrôle continu complet ou partiel?

Dans le cas où la reprise des cours ne se faisait pas avant le 18 mai prochain, le Premier ministre a laissé entendre que l'organisation d'épreuves écrites s'avérerait impossible et un contrôle continu complet ou partiel pourrait compter pour la totalité de la moyenne finale. 

Mais si les cours reprenaient entre le 4 et le 18 mai, une épreuve écrite (au lieu de cinq ou six habituellement) pourrait encore être maintenue fin juin. Les bulletins de l'année des élèves serviraient alors à compléter la moyenne.

"Soit on pourrait espérer conjuguer (aux deux premiers trimestres) une épreuve qui serait organisée au mois de juin. C'est ce que j'ai demandé au ministre de l'Education d'instruire. Je pense que c'est sur la piste du contrôle continu le plus complet qu'il va falloir se reposer", a-t-il conclu. 

> Jean-Michel Blanquer sera l'invité de BFMTV ce vendredi 3 avril, à 11 heures

Jeanne Bulant