BFMTV

La gestion de l'Institut Pasteur épinglée par l'Igas

La gestion de l'Institut Pasteur est mise en cause par l'Inspection générale des affaires sociales (Igas) qui pointe entre autres des recours à des artifices comptables et une concentration excessive du pouvoir. /Photo d'archives/REUTERS/Pascal Rossignol

La gestion de l'Institut Pasteur est mise en cause par l'Inspection générale des affaires sociales (Igas) qui pointe entre autres des recours à des artifices comptables et une concentration excessive du pouvoir. /Photo d'archives/REUTERS/Pascal Rossignol - -

PARIS (Reuters) - La gestion de l'Institut Pasteur est mise en cause par l'Inspection générale des affaires sociales (Igas) qui pointe entre autres...

PARIS (Reuters) - La gestion de l'Institut Pasteur est mise en cause par l'Inspection générale des affaires sociales (Igas) qui pointe entre autres des recours à des artifices comptables et une concentration excessive du pouvoir, rapporte vendredi Le Figaro.

Les auteurs du rapport, dont la teneur est révélée par le quotidien, reprochent également au centre de recherche biomédicale de mettre en péril le lien de confiance qui l'unit à ses nombreux donateurs, en manquant à son obligation de transparence sur l'utilisation des fonds collectés.

Si "l'appel à la générosité publique est massivement centré sur la recherche", les fonds collectés ne sont pas forcément consacrés à cette mission, constate l'Igas.

Créé en 1887, l'Institut Pasteur recueille 50 millions d'euros par an et dispose d'un patrimoine estimé à près d'un milliard, selon Le Figaro.

L'Igas reproche à l'Institut de fournir une "présentation artificielle" de ses résultats comptables en amputant son bilan annuel d'une partie des recettes. La fondation met ce déficit en avant dans sa communication à l'égard du ministère de la Recherche, dont la subvention a augmenté de 17 % entre 2008 et 2011, souligne l'Igas.

Interrogée dans les colonnes du quotidien, la directrice générale de l'Institut Pasteur, Alice Dautry, dénonce un rapport "erroné et malveillant" et assure que "tout l'argent que l'institut collecte va à la recherche."

Marine Pennetier