BFMTV

L'écriture inclusive proscrite officiellement dans l’Éducation nationale

Le ministre de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer, à la sortie du Conseil des ministres le 13 janvier 2021

Le ministre de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer, à la sortie du Conseil des ministres le 13 janvier 2021 - Ludovic MARIN / AFP

Dans une circulaire publiée au Bulletin officiel, l'Éducation nationale écarte "l’écriture dite inclusive qui utilise notamment le point médian".

Le ministre de l'Éducation nationale l'avait annoncé dans le Journal du dimanche, il souhaitait "clarifier" l'interdiction de l'utilisation de l'écriture inclusive. C'est désormais fait, avec une nouvelle circulaire publiée au Bulletin officiel. Elle explique qu'il "convient de proscrire le recours à l’écriture dite inclusive qui utilise notamment le point médian pour faire apparaître simultanément les formes féminines et masculines d’un mot employé au masculin lorsque celui-ci est utilisé dans un sens générique". 

Selon cette circulaire, "l’écriture inclusive modifie le respect des règles d’accord usuelles attendues dans le cadre des programmes d’enseignement". Au JDD, Jean-Michel Blanquer avançait, comme le fait ce texte, que "mettre des points au milieu des mots est un barrage à la transmission de notre langue pour tous, par exemple pour les élèves dyslexiques". "On a un énorme enjeu de consolidation des savoirs fondamentaux et l'écriture inclusive vient en barrage de cet enjeu", avait-il déjà expliqué à l'Assemblée nationale.

Circulaire favorable à la féminisation des fonctions

En revanche, la circulaire précise qu'il convient d'appliquer la féminisation des fonctions, quand elles sont occupées par des femmes. "L'intitulé des fonctions tenues par une femme doit être systématiquement féminisé suivant les règles énoncées par le guide d'aide à la féminisation des noms de métiers, titres, grades et fonctions élaboré par le Centre national de la recherche scientifique et l'Institut national de la langue française", précise ce texte.

Une circulaire du 21 novembre 2017, signée par Edouard Philippe, alors Premier minisrte, invitait déjà les ministres "à ne pas faire usage de l'écriture dite inclusive" et "en particulier pour les textes destinés à être publiés au Journal officiel de la République française".

Par Ivan Valerio, avec Véronique Fèvre