BFMTV

Etude Pisa: que valent les élèves français?

Une classe strasbourgeoise planche sur l'épreuve de philosophie du bac 2013.

Une classe strasbourgeoise planche sur l'épreuve de philosophie du bac 2013. - -

L'OCDE publie mardi les résultats très attendus de son enquête internationale sur les performances des élèves de 15 ans en 2012. La France devrait, de nouveau, être dans le milieu du classement.

Les élèves français tiennent-ils la route dans la compétition internationale, qui commence dès le plus jeune âge? Comme tous les trois ans, l'OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques) va apporter une réponse, en publiant l'enquête Pisa, pour "Programme international pour le suivi des acquis des élèves".

Le résultat est très attendu par le gouvernement Ayrault et en particulier Vincent Peillon. Dès lundi, le ministre de l'Education a voulu voir un lien entre le niveau des Français - dont les résultats s'annoncent médiocres- et la refondation de l'école. "Ces évaluations sont importantes. Elles viennent dans le fond confirmer ce que nous disons nous-mêmes depuis un moment, nous avons besoin de cette refondation de l'école", a-t-il déclaré en marge d'un déplacement à Créteil avec Valérie Trierweiler.

Les élèves français dans la moyenne en maths

En 2009, les élèves français avaient obtenu des résultats dans la moyenne pour les trois compétences étudiées: sur 65 pays étudiés, ils s'étaient classés 21e dans la compréhension de l'écrit, 22e en maths et 27e en sciences. La tête du classement était occupée par Shanghaï -la Chine n'est pas étudiée dans son ensemble, la Corée du Sud et la Finlande.

En 2003, le score global en maths des jeunes Français était, lui, au-dessus de la moyenne des pays riches étudiés, et c'est dans la résolution des problèmes qu'ils avaient obtenu la meilleure note et le meilleur classement.

Le point noir de la lecture

En compréhension de l'écrit en revanche, le pourcentage d'élèves français "très en difficulté" ou "en difficulté" a nettement augmenté en 2009, tandis que le nombre d'élèves "excellents" a légèrement progressé. Autrement dit, "l'écart s'est creusé", relève le ministère de l'Education nationale.

En 2000, au terme de la première étude Pisa, les résultats sur la compréhension de l'écrit ont ainsi montré la difficulté des élèves à rédiger des réponses longues, ou encore à formuler une opinion. Pisa contribue à remettre en cause la logique du redoublement, très pratiqué en France et que François Hollande souhaite réduire. Rue de Grenelle, le ministère note que "les pays qui pratiquent le passage automatique [dans la classe supérieure, NDLR] affichent, globalement, de meilleurs résultats que les pays qui ont recours au redoublement".

En définitive, si la France est un pays moyennement performant, elle est aussi un pays très inéquitable, car c'est l'origine sociale qui pèse le plus lourd dans le score final des élèves. A l'inverse, en 2009, des pays comme la Corée du Sud, la Finlande et le Canada étaient des pays à la fois performants et équitables sur le plan de l'éducation.

|||UNE ETUDE TRES REGARDEE

Le Pisa, ou Programme international pour le suivi des acquis des élèves, est une étude réalisée tous les trois ans depuis 2000, sous l'égide de l'OCDE, et qui mesure les performances éducatives du point de vue des élèves âgés de 15 ans. L'enquête porte sur la lecture, les maths et les sciences, avec un sujet privilégié à chaque fois. En 2012, elle a été menée dans 65 pays, dont les membres de l'OCDE et des pays émergents asiatiques.

A.L.M. avec AFP