BFMTV

Aide alimentaire : pas de vacances pour les plus démunis

Bénéficiaire de l'aide alimentaire, faisant la queue devant un local de l'association Août secours alimentaire, à Paris.

Bénéficiaire de l'aide alimentaire, faisant la queue devant un local de l'association Août secours alimentaire, à Paris. - -

Les locaux de l'association Août Secours Alimentaire ont ouvert leurs portes ce jeudi, à Paris et proche banlieue. Une association qui distribue des repas pour les plus démunis quand toutes les autres ont baissé le rideau pendant les vacances. Un soulagement pour les bénéficiaires.

La galère et la faim ne prennent pas de vacances. Quand les travailleurs se réjouissent de l’arrivée du mois d’août, qui rime pour la majorité avec congés, les plus démunis eux, savent qu’il va leur être encore plus difficile de subvenir à leurs besoins. La plupart des associations qui leur viennent en aide ferment leur porte à ce moment-là, faute de bénévoles, eux aussi profitant de vacances bien méritées. Depuis 19 ans, une association prend alors le relais : Août Secours Alimentaire. Environ 300 bénévoles s’organisent pour assurer, tout au long du mois d’août, la distribution dans sept lieux différents : quatre à Paris et trois en proche banlieue. Plus de 11 000 personnes en profitent chaque été, et 600 000 repas sont distribués.

« Je vais toujours aux Restos du cœur, mais c'est fermé jusqu'au 6 août »

Six centres ouvrent ce jeudi. Le septième distribue déjà des repas depuis le 15 juillet dans le 15eme arrondissement de Paris. Un lieu qui se veut convivial, comme l’a constaté RMC. Entre les cartons et les réserves de nourriture, un bar de fortune permet de converser au milieu d’effluves de basilic. Chaque bénéficiaire a droit à un sac contenant des yaourts, beaucoup de produit frais et même de la viande pour les amateurs. Abdelkader apprécie : « Je vais toujours aux Restos du cœur, mais c'est fermé jusqu'au 6 août. C'est un peu dommage qu'il n'y ait pas de remplaçants, comme pour le métro qui ne s'arrête jamais. Je trouve que ce n'est pas normal. Ici, c'est bien, parce que les gens sont en famille. Les bénévoles ? Ils sont adorables ».

« 20% de demandeurs en plus »

Des bénévoles sans qui rien ne serait possible. « Bien souvent ils sont dans le milieu associatif, explique Christian Souzat, qui dirige les 40 bénévoles du centre. Mais certaines personnes ne le sont pas du tout : sur les deux mois de vacances ils partent un mois avec leur famille et viennent ensuite nous donner un coup de main. Ou ce sont des retraités qui partent hors saison et qui viennent nous aider en août. Avec cette équipe de bric et de broc on accueille les cabossés de la vie, qui vivent dehors et sont en grande difficulté. Il faut que la mayonnaise prenne et quand elle prend c'est génial ».
Mais cette année, Denis Brot, le délégué général de l’association est inquiet. « Cette année nous démarrons avec 20% de personnes en plus que l'année dernière, se désole-t-il. Ce ne sera peut-être pas le cas tout le mois d'août, mais c'est quand même une angoisse de ne pas finir correctement le mois ».

Philippe Gril avec Matthieu Moulin