BFMTV

Droit à la vie: les parents de Marwa "soulagés" par la décision du Conseil d'Etat

Les parents de la petite Marwa, "soulagés" de la décision du Conseil d'Etat de poursuivre les soins, ont estimé avoir "gagné le droit à la vie" de leur petite fille âgée de 15 mois.

Mercredi, le Conseil d'Etat ordonnait le maintien des soins de la petite Marwa, allant contre l'avis des médecins de l'hôpital de la Timone à Marseille, qui étaient favorables à l'arrêt des soins sur la fille âgée de 15 mois. Pour les parents, c'est un véritable soulagement. Eux qui pensaient que le dernier mot revenait aux médecins estiment "avoir gagné le droit à la vie de Marwa".

"On croyait au début que c'étaient les médecins qui décidaient, qu'on avait perdu notre autorité parentale", explique le père de l'enfant Mohamed Bouchenafa, qui ajoute avoir eu "confiance en la justice". "J'étais confiante dès le début", a appuyé sa femme Anissa, considérant avoir eu "l'impression que le Conseil d'Etat (les) a écouté, bien entendu".

"Le combat que nous avons mené, ce n'est pas que pour Marwa, c'est pour d'autres enfants malades. […] Elle s'accroche, elle veut vivre et elle a le droit de vivre. Nous avons demandé du temps, on ne peut pas décider au bout d'un mois de débrancher quelqu'un, c'est inadmissible", a assuré son père.

Les parents de Marwa ont également affirmé ne pas avoir de rancune envers l'hôpital de la Timone, et que leur bébé pourrait poursuivre les soins là-bas. "Nous n'avons aucun problème avec le service, ni avec les médecins, je suis contre leur décision", a expliqué le père de l'enfant.

L'AP-HM "poursuivra les soins" sur Marwa

De son côté, l'organisation des Hôpitaux de Marseille ont communiqué "prendre acte de la décision du Conseil d'Etat", et renouvelle son soutien au personnel soignant et aux équipes médicales "particulièrement affectés et éprouvés par cette affaire". Elle assure qu'elle "poursuivra les soins sur l'enfant Marwa".

"L'AP-HM partage la douleur de la famille face à cette situation douloureuse. L'AP-HM souhaite que dans ce contexte très difficile, les équipes médicales et soignantes puissent continuer à exercer leurs missions dans un climat de calme, de confiance et de sérénité", écrit l'organisation dans un communiqué.

F. H.