BFMTV

Dordogne:les deux voitures d'une députée LaREM incendiées

La députée a eu peur que les flammes atteignent sa maison (image d'illustration)

La députée a eu peur que les flammes atteignent sa maison (image d'illustration) - Nicolas Tucat - AFP

Jacqueline Dubois a découvert ce samedi soir sa voiture et celle de son mari en feu devant son domicile.

"J'ai vu une lueur à l'extérieur, et en ouvrant mes volets, j'ai découvert l'incendie." Jacqueline Dubois, députée LaREM de Dordogne, a raconté ce dimanche matin à France Bleu Périgord l'agression dont elle a été victime ce samedi, lors d'une nouvelle journée d'action nationale des gilets jaunes. La députée n'a pas vu les auteurs de l'incendie.

Aux alentours de 23 heures, elle a découvert que, devant son domicile de Vezac, des incendiaires avaient mis le feu à sa voiture et à celle de son mari:

"Je suis une personne paisible, je me suis engagée en politique pour proposer une nouvelle voie. Je ne comprends pas que l'on puisse exercer délibérément une telle violence, à Paris ou ailleurs" déclare l'élue de La République en marche, qui raconte avoir subi des "menaces" et des "pressions". "Je ne dégagerai pas. J'assurerai ma fonction le temps de mon mandat", assure-t-elle.

Une enquête a été ouverte par la brigade de recherche de la gendarmerie de Sarlat. Selon nos informations, la députée était manifestement ciblée ce samedi soir, les deux seuls véhicules incendiés dans la commune de Vezac appartenant à sa famille.

"Condamnation sans réserve"

"Une nouvelle fois, une députée de notre groupe LaREM, victime d'une agression", a tweeté dans la nuit Gilles Le Gendre, président du groupe de la majorité à l'Assemblée nationale. "Condamnation sans réserve et pensées amicales à notre collègue" a-t-il ajouté.

Le président PS de Gironde Germinal Peiro, a également apporté son soutien à Jacqueline Dubois: "J'ai moi-même déjà été menacé à mon domicile par les opposants à Beynac, j'ai été menacé de mort sur Facebook" déclare-t-il à France Bleu Périgord. Il souligne surtout "une dérive envers les élus en ce moment. N'oublions pas que c'est le peuple qui les a élu, et que la démocratie représentative, ça existe".

Sa. V