BFMTV

Des Français, méfiants, mesurent eux-mêmes la radioactivité

Compteur Geiger portable, en vente dans le commerce.

Compteur Geiger portable, en vente dans le commerce. - -

Au moment où le panache de Fukushima traverse la France - tellement dilué que pour l'heure les balises n'ont rien enregistré -, des Français, curieux ou méfiants, ont décidé de faire eux-mêmes les mesures. Les vendeurs d'appareils sont en rupture de stock.

Les météorologues restent formels: le panache « radioactif » en provenance de la centrale japonaise de Fukushima se trouve bien sur le territoire français depuis hier mercredi. Mais les scientifiques sont tout aussi formels: aucune trace de radioactivité ne s'est laissée pour l'heure mesurer par les appareils de l'Autorité de Sûreté Nucléaire. Selon cette dernière, la radioactivité est si faible qu'elle serait imperceptible. Mais l'indiscutable méfiance populaire face à ces propos rassurants a eu une conséquence immédiate et inattendue. De nombreux Français ont décidé d'effectuer eux-mêmes des relevés dans le sol et l'air pour s'assurer que le discours officiel est conforme à la réalité.

« Le nuage de Tchernobyl nous a un peu échaudés »

Hervé Cornet, un retraité du Val-de-Marne, fait partie de ces citoyens qui préfèrent voir que croire. Equipé d'un compteur Geiger, il effectue des relevés deux fois par jour et explique pourquoi : « L'expérience du nuage de Tchernobyl nous a un peu échaudés. On s'est dit qu'il valait mieux ne pas faire une confiance aveugle à la communication du gouvernement. On essaie d'avoir notre information et on la diffuse autour de nous. Si à l'époque, des gens avaient été équipés de compteurs Geiger, les conséquences sanitaires auraient été moindres ». Hervé Cornet se montre néanmoins beaucoup plus serein sur le panache de Fukushima: « Pour le moment, ça nous conduit à rassurer, puisqu'il n'y a rien de différent de la radioactivité naturelle ».

Les vendeurs de compteurs Geiger en rupture de stock

A en croire les vendeurs d'appareils, Hervé est loin d'être un cas isolé. Bien au contraire même. Selon Jérémy Blumenstein, gérant de l'entreprise JR International, qui vend des compteurs Geiger, « à la base c'est un tout petit marché, on en vend en temps normal une cinquantaine par an. Mais mercredi, on en a vendu 300 en l'espace de trois heures. Et on a encore des livraisons programmées sur trois semaines. Nous n'avons plus de stock. Si un client passe commande aujourd'hui, il aura un délai de cinq à six semaines avant de recevoir ce compteur ». Selon lui, les acheteurs en question sont essentiellement des gens « inquiets qui doutent de ce qu'on leur dit et qui ont besoin de se rassurer ».
Les tarifs de ces appareils, variables en fonction de leur sensibilité, se situent en moyenne entre 260 euros et 400 euros l'unité.

Une méthode rassurante, mais pas forcément fiable

Pour autant, la capacité de ces fameux compteurs à effectuer des mesures fiables semble limitée, à en croire le scientifique Gilbert Pigré : « Si vous êtes en présence d'une source radioactive, vous allez utilement utiliser un compteur Geiger. Mais quand la radioactivité a été volatilisée dans l'atmosphère, on discute cette fois de contamination, comme des polluants chimiques. Et là, en aucune manière le compteur Geiger ne va vous renseigner sur le caractère sanitaire d'un produit que vous allez consommer par exemple ».

dossier :

Fukushima

La Rédaction et T. Chupin