BFMTV

Deroussen (CNAF) sur RMC : « La branche famille est structurellement excédentaire »

Jean-Louis Deroussen estime que des ménages des classes moyennes seront aussi concernés par la hausse d'impôts.

Jean-Louis Deroussen estime que des ménages des classes moyennes seront aussi concernés par la hausse d'impôts. - -

Sur RMC, le président de la Caisse nationale des allocations familiales Jean-Louis Deroussen affirme que la branche famille de la Caisse d’allocations familiales n’est pas en soi déficitaire. Il estime aussi que la réforme des allocations familiales impactera certains ménages de la classe moyenne.

Si, sur RMC, la ministre des Affaires sociales Marisol Touraine affirme que la branche famille de la Sécurité sociale est bien déficitaire, ce n’est pas l’avis de Jean-Louis Deroussen, le président (CFTC) de la Caisse nationale des allocations familiales (CNAF). Invité par Jean-Jacques Bourdin ce mardi, il affirme que la branche famille est « structurellement excédentaire. Les prestations sont revalorisées comme les prix, alors que nos recettes sont plus dynamiques. La caisse est mécaniquement en équilibre, on nous regarde avec des yeux d’envie, et on nous fait porter des charges nouvelles », regrette-t-il. Ainsi, en depuis 2009, la caisse « contribue à payer intégralement les majorations de retraite versées aux pères et mères de trois enfants ». D’où l’origine du déficit, puisque ces nouvelles charges représentent 10% de la branche famille. « L’augmentation du chômage a amené le fond de solidarité vieillesse dans une situation critique, on nous l’a fait supporter », ajoute Jean-Louis Deroussen.
Selon lui, la réforme des allocations familiales ne concernera pas non plus que les ménages les plus riches, comme le claironne le gouvernement. « A partir de 5 000 euros par mois, une famille avec deux enfants n’est pas forcément une famille aisée. C’est parfois dur. Le coût de l'enfant, quelques activités, un logement, on a parfois l'impression de tirer la langue pour y arriver », dit sur RMC Jean-Louis Deroussen pour décrire ces couples qui risquent de voir leurs impôts augmenter.

Mathias Chaillot, avec Jean-Jacques Bourdin