BFMTV

Déconfinement: les Hospices civils de Lyon se préparent à l'après-11 mai

Un médecin du Samu à l'hôpital Edouard Herriot de Lyon, mars 2020.

Un médecin du Samu à l'hôpital Edouard Herriot de Lyon, mars 2020. - JEFF PACHOUD / AFP

La direction des HCL a présenté mercredi soir une nouvelle organisation afin de pouvoir reprendre progressivement une activité normale au sein des hôpitaux.

Les HCL se préparent à vivre avec le Covid-19 sur le long terme. Mercredi soir, 514 patients étaient encore hospitalisés dont 74 dans un état critique dans les hôpitaux lyonnais. Mais à l'approche du déconfinement prévu le 11 mai, la direction cherche également à se réorganiser pour proposer à nouveau des soins élargis à tous les patients. 

Reprise de l'activité programmée

En déprogrammant toutes les activités non-urgentes le 12 mars dernier, les HCL ont ouvert une parenthèse qu'il s'agit désormais de refermer progressivement. Pour cela, les Hopices civils de Lyon ont prévu de décliner leur activité sous trois formes: urgentes, semi-urgentes puis programmées.

La première correspond aux patients nécessitant une prise en charge immédiate tandis que la deuxième concerne les malades ayant besoin d'une prise en charge rapide, ne pouvant pas ou plus être reportée. Pour ce qui est de l'activité programmée, elle reprendra très progressivement en fonction du niveau de circulation du virus sur le territoire. 

Téléconsultation et prise en charge ambulatoire

Pour limiter l'exposition des patients à un risque de contamination au coronavirus, les hôpitaux vont continuer à privilégier le recours à la téléconsultation et favoriseront la prise en charge ambulatoire en médecine mais aussi en chirurgie. Par ailleurs, le parcours administratif va être modifié, le port du masque rendu obligatoire, du gel hydroalcoolique mis à disposition et les patients seront informés des symptômes évocateurs d’une infection au SARS-Cov-2.

"S’ils présentent ces symptômes, ils devront contacter le service sans délai, et leur rendez-vous pourra être reprogrammé en attendant qu’ils aient pu consulter leur médecin traitant, et bénéficier le cas échéant d’un test virologique. De la même façon, avant l’arrivée en hospitalisation, un interrogatoire préalable sera pratiqué, la veille par téléphone et/ou un diagnostic clinique lors de l’arrivée du patient dans le service de soins", indiquent les HCL. 

Les visites encore interdites

Les hôpitaux lyonnais vont également être séparés en zones distinctes avec des circuits séparés. D'un côté, les secteurs dédiés à la prise en charge des patients atteints du Covid-19, dits "haut risque viral", et de l'autre des zones dites "à bas risque viral", qui accueilleront, dans toutes les spécialités, les patients hospitalisés pour d’autres pathologies que le Covid-19.

Enfin, les visites vont restées interdites compte tenu du haut niveau de circulation du virus dans le Rhône et de la fragilité des patients hospitalisés. Des exceptions sont cependant possibles en pédiatrie et en néonatalogie avec un seul parent à la fois. En maternité, le deuxième parent est autorisée, seulement en salle de naissance jusqu’au 11 mai, puis après cette date, il pourra être présent dans le secteur des suites de couches.

Pour les urgences, les soins palliatifs ou encore les consultations, la présence d’un seul accompagnant est autorisée lorsque cela est nécessaire à l’accompagnement du patient.

Benjamin Rieth