BFMTV

De plus en plus de consommateurs de crack, une drogue particulièrement dangereuse

La consommation de crack se répand et ne touche plus uniquement certaines personnes marginalisées. Cette drogue, qui s'inhale, est extrêmement dangereuse et provoque l'addiction dès la première prise. BFMTV a enquêté à Compiègne, dans l'Oise.

Chaque semaine, il ouvre la porte de son camion à Compiègne, dans l'Oise. Laurent Baisadouli s'occupe de la maraude. Il distribue aux toxicomanes du matériel stérile pour éviter la transmission d'hépatites ou du sida. Depuis deux ans, il constate qu'un nouveau produit inonde les rues de la ville: le crack, une drogue très puissante qui s'inhale et se présente sous la forme de petits cailloux.

Très facile de s'en procurer, selon un utilisateur

Cet usager qui préfère garder l'anonymat est venu chercher une pipe pour en fumer. Ce dérivé de la cocaïne, dangereux, est devenu la nouvelle drogue dans cette commune connue avant tout pour son palais et sa forêt. Suscitant l'addiction dès la première prise, elle provoque des dommages rapides et irréversibles sur le cerveau et peut même entraîner un arrêt cardiaque ou respiratoire.

"J'ai commencé ici à Compiègne, confie à BFMTV un consommateur qui assure qu'il est assez facile de s'en procurer. Le crack, c'est comme le shit maintenant. Voire plus facile."

Le crack touche de nouvelles personnes

Il y a encore deux ans, ce stupéfiant était une drogue exclusivement parisienne, consommée par un public marginalisé. Aujourd'hui, le crack touche de nouvelles personnes et se répand dans tout le département.

"Au centre de soins de Creil, en 2013, on n'avait aucune demande de pipe à crack, remarque Laurent Baisadouli, chef de service du Centre d'accueil et d'accompagnement à la réduction de risques pour usagers de drogues à Montataire. Ensuite, en 2014, on a eu à peu près une centaine de distributions. Quasiment 200 en 2015. Et là, courant 2016, on est à 400 distributions de pipes à crack depuis le début de l'année."

Accro dès la première prise

Proche de Paris, desservi par l'autoroute A1 qui conduit aux Pays-Bas, Compiègne se situe à un carrefour de la drogue. Auparavant, le trafic se limitait surtout du cannabis. Les trafiquants ont ainsi vu dans le crack une nouvelle opportunité.

"De toute façon, comme à la première prise vous êtes addict au crack, c'est bien plus facile, dénonce pour BFMTV Julien Soir, secrétaire départemental adjoint du syndicat Alliance police. Au lieu d'avoir un client qui va revenir une fois par semaine pour prendre 5g ou 8g, là on a un client qui va revenir quotidiennement pour reprendre une dose de crack."

Céline Hussonnois-Alaya