BFMTV

Dans une nouvelle vidéo, L214 dénonce la "cruauté" d'un abattoir de veaux en Dordogne

L214 a publié jeudi de nouvelles images de violences animales dans l’abattoir de Sobeval, en Dordogne.

L214 a publié jeudi de nouvelles images de violences animales dans l’abattoir de Sobeval, en Dordogne. - L214 Youtube

L214 publie ce jeudi de nouvelles images de maltraitance animale dans l’abattoir de Sobeval, en Dordogne. L’association dénonce de nombreuses défaillances lors de l’étourdissement des veaux engendrant encore plus de souffrance au moment de la saignée.

"3400 veaux sont tués chaque semaine, à une cadence d’environ 90 bêtes à l’heure". Dans une nouvelle enquête publiée ce jeudi, L214 dénonce les pratiques de l’abattoir Sobeval, en Dordogne, "où les violations de la loi sont multiples".

En France la législation exige que les animaux soient immobilisés avant d’être étourdis puis saignés. Or, chez Sobeval, la tête des veaux, visiblement paniqués, "n’est jamais immobilisée au moment de leur étourdissement" par le biais d’un pistolet "pneumatique", permettent une mise à mort à la chaîne.

"Graves problèmes structurels" 

"Ainsi, de nombreux tirs mal ajustés doivent être répétés, blessant les animaux sans les rendre inconscients", note L214 dans le communiqué qui accompagne la vidéo de son enquête. Sur leurs images, certains veaux se relèvent plusieurs fois après avoir été mal assommés.

A ce titre, l’association annonce avoir porté plainte pour "sévices graves envers des animaux" et réclame la fermeture d’urgence de Sobeval "qui présente de graves problèmes structurels et des pratiques d’abattage grandement déficientes". L214 conteste également sa pratique de l’abattage "rituel" - sans étourdissement - selon les traditions halal et casher qui exigent que l’animal soit conscient au moment de l’égorgement.

Contestation de l'abattage rituel

Si cette dérogation est bien légale, elle est largement contestée par les associations de défense des animaux. Ainsi, la Fédération des vétérinaires d’Europe juge que l’abattage sans étourdissement est "inacceptable en toutes circonstances", tandis que 85% des Français y sont opposés, selon un sondage IFOP réalisé pour 30 Millions d’amis en janvier 2020.

"Cette enquête montre une nouvelle fois l’urgence d'interdire l'abattage des animaux sans étourdissement préalable", insiste l’association qui rappelle que de nombreux pays de l’Union européenne, comme le Danemark, la Slovénie et la Suède, ont banni cette pratique. L214 a donc adressé ce jeudi une lettre à Didier Guillaume, ministre de l’Agriculture, afin d’obtenir un alignement sur la législation de ces pays et attend une réponse "rapide et adaptée" de la part du ministère.

Ambre Lepoivre