BFMTV

Coronavirus: au moins "plusieurs centaines" de Français toujours bloqués à l'étranger

Des corridors sanitaires pour se rendre en Outre-mer envisagée

Des corridors sanitaires pour se rendre en Outre-mer envisagée - AFP

Si 186.500 personnes ont déjà pu rentrer en France, plusieurs centaines, voire quelques milliers attendent toujours d'être rapatriés.

Dès mars dernier, alors que la crise mondiale du coronavirus n'en était encore qu'à ses balbutiements, le rapatriement des dizaines de milliers de Français qui se trouvaient à l'étranger était un sujet épineux. Alors que de nombreux pays fermaient tour à tour leurs frontières, le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, avais estimé que 130.000 d'entre eux étaient dans l'attente d'un retour sur le sol français, et que le pays se tenait à leur disposition.

Aujourd'hui, quasiment deux semaines après la fin du confinement, BFMTV a appris que 186.500 Français avaient pu rentrer en France depuis la mi-mars avec l’aide de la Cellule de Crise du Quai d’Orsay, des Ambassades et des compagnies aériennes associées. L'un des derniers rapatriements en date, le 11 mai passé, concernait 150 Européens, dont 59 Français, bloqués au Panama et au Honduras

20 millions d'euros débloqués 

Pour autant, à la date de 20 mai, il reste officiellement "plusieurs centaines" de Français en attente de retour, qui en réalité pourraient sans doute être quelques milliers, car tous ne sont pas recensés par les consulats.

Parmi les principaux points noirs figurent tout d'abord le Maroc. Si 30.000 Français ont pu être rapatriés avec 197 vols et plusieurs Ferry, plusieurs centaines resteraient encore bloqués de l'autre côté de la Méditerranée. Autre pays touché, l'Algérie, où le nombre réel de candidats au retour est difficile à évaluer, car il y a beaucoup de bi-nationaux.

Plusieurs autres nations africaines, ainsi que d'Amérique latine, sont également concernées. 20 millions d'euros auraient été débloqués afin d'organiser leur retour.

Les étudiants également concernés 

Se pose également le cas des étudiants Erasmus. Là encore, d'après nos informations, quelques dizaines de cas doivent encore être réglés, notamment en Argentine, en Australie et en Nouvelle-Zélande.

Également concernés, les jeunes volontaires qui sont partis à l’étranger via les PVT (Programme Volontaire de Travail) et qui n'ont pas les moyens de rentrer en France. Ils seraient à l'heure actuelle plusieurs centaines.

"Quatorzaine volontaire" 

En ce qui concerne les mesures sanitaires prises pour empêcher le Covid-19 de se développer en France, les Français, en particulier ceux qui reviennent de pays hors de l'Union européenne, devront "se soumettre volontairement à une quatorzaine."

Le ministre a également indiqué que cela se fera sur "la base de la responsabilité personnelle, cette quatorzaine pourra s’effectuer au domicile ou dans le lieu choisi" par le voyageur.

Les contrôles dans l’espace Schengen devraient s’assouplir progressivement, selon Jean-Yves Le Drian. "Nous avons des accords de réciprocité avec nos voisins européens. Si d’aventure la pandémie ne reprend pas, à partir du 15 juin, il pourrait y avoir un assouplissement général."
Ulysse Gosset avec Hugo Septier