BFMTV

Collégienne rom expulsée: le PS veut que les responsabilités soient "clairement établies"

Le collège André-Malraux de Pontarlier, où était scolarisée la jeune fille de 15 ans.

Le collège André-Malraux de Pontarlier, où était scolarisée la jeune fille de 15 ans. - -

L'adolescente avait été débarquée d'un car scolaire, le 9 octobre dernier, pour être remise par la police. Le PS a jugé ces conditions d'arrestation "choquantes".

Le porte-parole du PS David Assouline a demandé mardi, après l'expulsion d'une collégienne rom kosovare, que "les circonstances et les responsabilités" ayant conduit à cette décision soient "clairement établies".

Le PS a jugé "choquantes" les conditions dans lesquelles la collégienne été remise à la police, le 9 octobre dernier dans le Doubs, alors qu'elle participait à une sortie scolaire.

Selon le récit d'une enseignante présente dans le car où se trouvait la collégienne, le véhicule s'est arrêté sur le parking d'un autre établissement scolaire. Là, hors de vue de ses camarades, des policiers sont venus chercher la jeune fille.

Selon l'enseignante, dont le témoignage a été diffusé par le Réseau éducation sans frontières (RESF) "les élèves et les professeurs ont été extrêmement choqués".

"Insupportable et inacceptable"

"Faire descendre d'un bus par les forces de l'ordre une élève devant l'ensemble de ses camarades de classe est insupportable et inacceptable", a renchéri mardi le porte-parole socialiste.

Selon lui, "il appartient à la préfecture d'appliquer les textes législatifs et réglementaires avec humanité et en veillant systématiquement à l'intérêt des enfants".

Du côté des autorités, on réfute la version des professeurs. Selon le secrétaire général de la préfecture du Doubs, Joël Mathurin, c'est la mère de la collégienne qui a appelé sa fille sur son téléphone portable pour lui demander de descendre de l'autocar dans lequel elle se trouvait.

S. C. et M. T. avec AFP