BFMTV

Canicule: la galère dans les transports en commun

SNCF et canicule, un duo qui ne fait pas bon ménage: quand le mercure franchit les 35°, les voies peuvent se déformer sous l’effet de la chaleur. Les trains sont donc obligés de ralentir, voire de s’arrêter. Un parcours du combattant pour les usagers.

La canicule draine son lot de calamités, notamment dans les transports en commun. C’est un fait: les moteurs, les rails ou encore les transformateurs n'aiment pas la chaleur. Les trains sont donc obligés de ralentir, voire de s’arrêter. 

> Des gares parisiennes paralysées

Ce mercredi, Paris a frôlé les 40 degrés, avec 39,7°, la température la plus élevée dans la capitale depuis 1947.

●Près de la gare Saint-Lazare, la canicule a provoqué une rupture de l'alimentation électrique en milieu d'après-midi. Le trafic a été "fortement perturbé" pendant environ une heure, selon la SNCF.

"Avec la chaleur, une caténaire s'est distendue", a précisé Guillaume Pépy, le président de la SNCF, ce jeudi sur BFMTV. Ce qui a forcé les cheminots à la réparer "sous une température de 70 degrés". 

En conséquence, aucun Transilien n’a circulé entre la gare et la banlieue ouest de Paris. Des milliers de passagers se sont retrouvés coincés dans la gare, sous une chaleur étouffante. L’incident a duré près de quatre heures.

"C’était incroyable" a raconté une femme de la scène au micro de BFMTV. "Rupture de caténaire suite aux grosses chaleurs, un début d’incendie, un camion qui venait éteindre l’incendie qui a été heurté par un train… et énormément de gens qui se baladaient sur les voies".

●Gare du Nord, la galère était aussi au rendez-vous, pour des milliers de banlieusards bloqués sous l’immense verrière. Les grandes lignes et les RER affichaient des retards de près de deux heures.

"Des gens sont allés sur les voies", raconte cet usager. "Ils sont excédés, ils rentrent à pieds, ils se débrouillent…" 

> Des trains immobilisés, sans climatisation

 ● Un train Orléans-Paris bloqué plus de deux heures. Le train Orléans-Paris de 17h28 mercredi est resté bloqué deux heures et demie en rase campagne, sans climatisation, à quelques kilomètres de Fleury-les-Aubrais, dans le Loiret, rapporte La Montagne. Les 500 passagers du train ont été contraints d’attendre un train de secours.

En cas de panne et d'immobilisation des matériels, la SNCF, dans le cadre de son plan "canicule", prévoit des réserves d'eau "au bout d'une heure de retard si la climatisation est en panne, et au bout de deux heures si la climatisation fonctionne". Un temps désespérément long en pleine canicule, a confié cet usager en colère au quotidien régional:

"La SNCF a mis plus d’une heure à nous donner la raison de cet arrêt (…) en plein soleil, juste à côté de l’aérotrain. Il leur a fallu une heure pour nous dire que la locomotive était en panne et autant de temps pour nous distribuer de l’eau... Un comble quand on sait que, dans les gares, la SNCF conseille aux voyageurs de boire pour éviter la déshydratation!"

 ● Un train Paris-Clermont sans climatisation. Alors qu’une majorité des trains circulant en France sont climatisés, certains passagers d’un Paris-Clermont, arrivé à 20h45, ont beaucoup souffert de la chaleur. Selon La Montagne, la climatisation n’a pas fonctionné pendant une grande partie du trajet dans plusieurs rames du train alors que la température extérieure frôlait les 40 degrés. "Tout le monde n’a pas eu de bouteilles" d’eau, se sont indignés plusieurs témoins, rapportant que certains usagers avaient fait des "malaises".

C. P. avec Julien Migaud-Muller