BFMTV

Bure: les militants opposés au stockage de déchets radioactifs évacués

Deux opposants au projet de stockage de déchets radioactifs à Bure, le 21 juin 2016. (Photo d'illustration)

Deux opposants au projet de stockage de déchets radioactifs à Bure, le 21 juin 2016. (Photo d'illustration) - JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP

Des opposants à un projet de stockage de déchets radioactifs à Bure, qui occupaient un bois pour empêcher le lancement des travaux, ont été évacués ce jeudi.

"Ce matin à 6h30, la police a évacué des dizaines de personnes" à Bure, dans la Meuse, où elles s'opposent au projet Cigéo de stockage de déchets radioactifs, a annoncé Me Etienne Ambroselli, dont "des enfants que nous avons pu faire partir", a-t-il ajouté. Les opposants ont toutefois promis de continuer la mobilisation, alors que des forces de l'ordre sont encore sur place à la mi-journée, ont indiqué des militants et la préfecture.

Deux gendarmes et un opposant blessés

L'Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra), à l'origine du projet, avait porté plainte contre l'occupation par anti-Cigéo du bois de Mandres-en-Barrois, qu'elle avait acquis, et demandé à la préfecture l'expulsion des opposants. Lors de l'opération, qui a duré une heure, "deux gendarmes ont été blessés, l'un par l'explosion d'une fusée de barricade, le second par morsure d'un opposant", qui a été interpellé, a indiqué la préfecture dans un communiqué.

Un opposant a aussi été blessé par brûlures. Il a pu être pris en charge par des habitants d'un village voisin et n'a pas nécessité d'hospitalisation, selon une source proche des manifestants. "Nous n'étions pas assez face à la répression policière mais c'est la meilleure publicité qu'on puisse nous faire, nous reviendrons, plus nombreux(ses) et déterminé(e)s", a ajouté cette source, jointe par téléphone.

Dans un communiqué, le Réseau "Sortir du nucléaire" a appelé "à amplifier la résistance contre le projet Cigéo et à les rejoindre massivement sur le terrain lors des prochains rendez-vous". Les opposants ont ainsi appelé leurs soutiens à se réunir vendredi à 6h à Bure "pour bloquer les travaux et reprendre la forêt" et les 9 et 10 juillet pour un "week-end forêts en résistance".

A.M avec AFP