BFMTV

Aulnay-sous-Bois: Hamon condamne les actes "inadmissibles" des policiers

Benoît Hamon a inauguré samedi 11 février son nouveau QG, rue du Château d'Eau, dans le 10e arrondissement de la capitale.

Benoît Hamon a inauguré samedi 11 février son nouveau QG, rue du Château d'Eau, dans le 10e arrondissement de la capitale. - BFMTV

Le candidat du parti socialiste à la présidentielle a qualifié "d'inadmissibles", les violences commises par quatre policiers à l'encontre d'un jeune de 22 ans.

Benoît Hamon a condamné lundi les actes "inadmissibles" des policiers impliqués dans l'interpellation violente, au cours de laquelle un jeune homme de 22 ans a été gravement blessé à coups de matraque par quatre policiers.

"Pour des dépositaires de l'autorité publique, commettre des actes comme cela est inadmissible, notamment à l'égard d'un jeune", a déclaré le candidat socialiste à l'élection présidentielle, lors d'un déplacement à Arcueil (Val-de-Marne).

Rappelant le "besoin de rétablir une relation de confiance entre la police et la population", le député des Yvelines a demandé à l'État d'"être encore plus implacable" quand "des citoyens ont subi des violences de la part de policiers". 

Benoît Hamon veut "une enquête déterminée et transparente"

Si "le gouvernement doit aller vite et faire la lumière sur cette affaire", Benoit Hamon a cependant appelé à "ne pas confondre le geste de quelques uns avec le travail quotidien de milliers de policiers sur le terrain".

Un peu plus tôt, il avait adressé sur Twitter ses pensées à Théo, le jeune interpellé, et à sa famille, et demandé "une enquête déterminée et transparente".

Gravement blessé au niveau de la zone rectale, le jeune homme, qui a dû être opéré, s'est vu prescrire par un médecin de l'hôpital 60 jours d'incapacité totale de travail (ITT). 

Dimanche soir, un policier a été mis en examen pour viol et trois de ses collègues pour violences volontaires en réunion. Les quatre fonctionnaires ont été suspendus de leurs fonctions.

G.D. avec AFP