BFMTV

Antisémitisme, théorie du complot: les propos choquants d'une prof de Janson-de-Sailly sur Facebook

La professeure enseigne au lycée parisien Janson-de-Sailly, situé dans le 16ème arrondissement

La professeure enseigne au lycée parisien Janson-de-Sailly, situé dans le 16ème arrondissement - JEAN-PIERRE MULLER / AFP

Une professeure du prestigieux lycée parisien Janson-de-Sailly publie régulièrement sur Facebook des propos antisémites et complotistes. Alerté, le ministère de l'Education rendra les conclusions de son enquête à la rentrée.

"Les juifs sont un symptôme", "Mohamed Merah n'a jamais tué personne" et "les frères Kouachi pareil". Ces propos ouvertement antisémites et complotistes sont formulés par une professeure de langue en classe prépa du lycée Janson-de-Sailly, dans le très chic 16e arrondissement de Paris. L'Obs a eu accès aux publications Facebook de cette enseignante, qui ajoute ses anciens élèves en amis et partage ouvertement un discours haineux sur son profil.

Trump envoyé de Dieu et les "Français lécheurs"

Parmi les extraits cités par L'Obs, la professeure qualifie Donald Trump de "génie" soutenu par Dieu. 

"Après m'être demandé qui était derrière Trump, j'ai enfin compris. C'est Dieu, pour ceux qui y croient, qui envoie Trump". 

Elle s'en prend à François Hollande: "Ce juif qui a profité de son appartenance à la communauté pour monter en politique et se renie maintenant". La professeure assure adresser sa "vindicte" aux "Français lécheurs", et "non aux juifs", tout en indiquant, un autre jour: 

"Les juifs ne sont pas le problème, ils sont un symptôme. Le travail doit aller bien au-delà de la neutralisation de leur influence indue".

Une théorie du complot sur les attentats

Dans la veine complotiste, cette fois, elle remet en question les tueries de Mohamed Merah et des frères Kouachi. Selon elle, le tireur de Toulouse et de Montauban "n'a jamais tué personne (...) C'était un petit kéké de banlieue repéré et manipulé par les services secrets à des fins politiques".

Dans une autre publication, datant du 7 janvier 2015, elle assure que "les journalistes et cartoonistes de Charlie Hebdo ont été flingués par des tueurs à gages commandités". 

Provocation gratuite

D'après des anciens élèves interrogés par L'Obs, la professeure "cherche à provoquer" et n'a jamais relayé ce type de propos en cours. Le ministère de l'Education nationale a lancé une enquête interne et devrait donner ses conclusions à la rentrée. 

Ces propos ont été révélés par Le Canard enchaîné le 27 juillet dernier. Dans la foulée le Crif (Conseil représentatif des Institutions juives de France), a contacté le ministère et indiqué qu'il restait "très vigilant". 

M.L.