BFMTV

Allergènes, filtres UV, faut-il se méfier des crèmes anti-rides?

Selon une récente étude comparative, plusieurs crèmes antirides contiennent des substances potentiellement néfastes pour la peau.

Dans son numéro de novembre, le magazine 60 Millions de consommateurs s'est attelé à tester les "promesses sur papier glacé" proposées par les fabricants de crèmes antirides. Et sur les dix produits sélectionnés, qui englobent un large panel allant de marques de luxe aux produits plus abordables vendus en grande surface, seules trois marques ont de réelles performances antirides et méritent les lauriers: Caudalie, Nuxe et Les Cosmétiques (vendu chez Carrefour).

"Il faut se méfier, ça envoie beaucoup de rêve les crèmes antirides, sauf qu'à l'arrivée, si on calcule scientifiquement les résultats, ils sont assez médiocres" souligne Sylvie Metzelard, rédactrice en chef du magazine, invitée ce vendredi à l'antenne de BFMTV. 

Phénoxyéthanol et allergènes 

Plus en détail, la composition de certaines crèmes pose question. Dans bon nombre d'entre elles, la présence d'allergènes est à souligner. "Pour les substances parfumantes, ce n'est pas anodin. Il peut y avoir du phénoxyéthanol qui est un conservateur contesté, que nous n'aimons pas du tout" chez 60 Millions de consommateurs

Comme le souligne l'étude du mensuel, sa présence dans les substances testée a toutefois été notée "moins (importante) que dans les produits pour bébé où son utilisation est déconseillé."

"On peut s'en passer puisque dans certains produits il n'y en a pas, alors on pénalise les marques qui utilisent le phénoxyéthanol" remarque-t-elle. 

Selon la fiche toxicologique de cette substance réalisée par l'INRS, plusieurs cas de sensibilisation cutanée, dont l'eczéma ou l'urticaire, sont notées, "le plus souvent en rapport avec une utilisation régulière dans des cosmétiques." Toutefois, pour l'ANSM, "le phénoxyéthanol utilisé à 1% dans les produits cosmétiques est sûr pour la santé." 

L'incorporation inquiétante de filtres UV

"Dans les antirides et dans beaucoup de produits cosmétiques on voit apparaître des filtres UV. Quand vous mettez des produits antirides ce n'est pas pour aller au soleil, cela peut donner aux consommateurs un faux sentiment de sécurité" martèle Sylvie Metzelard.

Comme le précisent de nouveau les travaux réalisés par les journalistes du magazine, deux produits en particulier, de la marque Nivéa et Cien (pour Lidl) mettent en avant cette "nouveauté." Seul problème, pour être efficace, une lotion solaire doit être utilisée "tout au long de la journée" et non pas "le matin ou, tout au plus, deux fois par jouer et ce, en touches légères" comme c'est le cas pour les crèmes antirides. 

"Quand vous mettez une crème solaire vous appliquez toutes les quatre heures en couche épaisse, la vous n'allez pas vous tartiner d'antirides" abonde-t-elle.

Un succès qui ne se tarit pas

Selon une étude Harris Interactive pour Nivea menée en 2015 repris par le magazine Avantages, 84% des Françaises utilisent un produit anti-âge quotidiennement et pour 94% d'entre elles, ces crèmes sont "efficaces." Pour le site Capital, 23 milliards d'euros de crèmes et sérums ont été "dépensés à travers le monde."

Interrogées par BFMTV, plusieurs consommatrices expliquent utiliser ces produits "pour faire comme tout le monde, c'est terrible." "Cela me donne de l'éclat, ça raffermit, ça rajeunit les traits" explique une autre utilisatrice. Pour 60 Millions de consommateurs, ce succès s'explique en partie par un marketing extrêmement efficace.

"Selon les campagnes publicitaires, c’est une actrice célèbre ou une anonyme aux traits harmonieux qui apportent la nécessaire touche de glamour" peut-on lire. 

Pour Sylvie Metzelard, ces crèmes ne sont pas forcément nécessaires. "Bien s'hydrater la peau, ne pas trop s'exposer au soleil, une bonne hygiène de vie, c'est ce qu'il y a encore de mieux." 

Hugo Septier