BFMTV

Alerte enlèvement: le récit des 14 heures qui ont permis de retrouver Djenah

Ce mercredi en fin de matinée, le père s'est rendu aux forces de l'ordre et l'enfant est en bonne santé. Retour sur les circonstances de cette disparition.

La petite Djenah, 4 mois, a été enlevée ce mardi par son père. Le dispositif alerte enlèvement a été déclenché le même jour, aux alentours de 22h. Ce mercredi en fin de matinée, le père s'est finalement rendu, et le nourrisson a été retrouvé en bonne santé. Retour sur ce kidnapping et la chronologie des événements.

La mère frappée, l'enfant kidnappé

Ce mardi matin, entre 10h50 et 11h30, Steeve Beni Y Saad, le père de la petite Djenah, un nourrisson âgé de 4 mois, escalade le balcon du foyer pour femmes battues où logent la mère et l'enfant. La femme, prise de panique, se réfugie dans un appartement voisin. L'homme casse la porte d'un coup de pied, entre, puis la poursuit jusque dans le bureau de l'assistante sociale. Couchée au sol, la mère est alors frappée à plusieurs reprises. L'assistante sociale est également bousculée. Steeve Beni Y Saad kidnappe ensuite l'enfant et prend la fuite.

Alerte enlèvement déclenchée

A 22h ce mardi soir, le dispositif alerte enlèvement est mis en place. Toutes les rédactions des médias français reçoivent un message électronique en provenance de l'état-major de la direction centrale de la police judiciaire, avec la photo et le signalement de Djenah et de son père.

C'est la 19e fois qu'une telle alerte est déclenchée en France. A 2h du matin, 226 appels sont déjà recensés auprès du 197, le numéro d'appel mis en place. Ce mercredi matin, le procureur annonce le prolongement de cette alerte, l'enfant n'étant toujours pas retrouvé.

Un dénouement heureux

Peu avant midi ce mercredi, le père appelle les forces de l'ordre depuis une cabine téléphonique située à Echirolles, dans la banlieue sud de Grenoble. Il indique vouloir se rendre, puisque son but est "atteint", à savoir la médiatisation de l'affaire. Le nourrisson est retrouvé en bonne santé, et doit retourner auprès de sa mère dans la journée.

Que risque le père?

Connu des services de police pour violences conjugales, Steeve Beni Y Saad encourt probablement le retrait de sa garde parentale. Le site du service public annonce par ailleurs qu'"emmener avec soi son enfant, sans en avoir le droit, alors qu'il est à l'école, sous la garde de l'autre parent ou d'autres personnes", est passible d'un an de prison et de 15.000 euros d'amende. 

Alexandra Milhat