BFMTV

Affaire du Casa Nostra: des images Le Petit Journal accablent le gérant du restaurant

Yann Barthès dans "Le Petit Journal" le 2 décembre 2015

Yann Barthès dans "Le Petit Journal" le 2 décembre 2015 - Canal+

Menacé d'attaque en justice par le gérant du Casa Nostra qui démentait être mêlé à la vente d'une vidéosurveillance de son restaurant pendant les attentats à Paris, Le Petit Journal est revenu à la charge avec de nouvelles images accablantes.

Le gérant du restaurant Casa Nostra a-t-il participé à la vente d'images de l'attaque terroriste de son établissement au Daily Mail pour la somme de 50.000 euros? Après avoir démenti son implication et avoir menacé d'assigner en justice Canal+, le patron du Casa Nostra a eu droit à la réplique de Yann Barthès. Ce dernier a tenu à défendre la véracité de ses informations lors de son dernier numéro du Petit Journal diffusé mercredi soir.

Dans son émission du 23 novembre dernier, le présentateur de Canal+ recevait sur son plateau le journaliste Djaffer Ait Aoudia. Images à l'appui, ce dernier révélait alors que le tabloïd anglais avait acheté 50.000 euros la vidéosurveillance du restaurant Casa Nostra visé par les terroristes. Les visages ayant été préalablement floutés, les extraits de cette vidéo ne permettaient pas de savoir qui se trouvait derrière ce deal filmé en caméra cachée et dont les coulisses étaient dévoilés par Canal+.

"C'est un scoop monté de toute pièce par un pseudo journaliste"

Le lendemain, sur RTL, Dimitri Mohamadi, patron du Casa Nostra, se défendait: "Je n'ai pas touché un centime et je ne suis au courant de rien." Le gérant de l'établissement évoquait alors l'hypothèse qu'un "cousin éloigné qui avait les clés" soit derrière cette transaction. Ce lundi 30 novembre, sur le plateau de l'émission C à vous sur France 5, le patron du restaurant revenait sur cette affaire avec son avocat Me Jeffrey Schinazi. Ce dernier déplorait alors une "guerre médiatique".

"Canal a pris la mesure de l'erreur qui a été commise dans ce dossier, expliquait-il. Nous, on aimerait savoir pourquoi. On le devine: c'est un buzz médiatique, un scoop, un événement monté de toute pièce par un pseudo journaliste qui a fait ses affaires de ce dossier et qui en a retiré l'intégralité ou toute une partie négociée avec le tabloïd anglais." 

Menacé d'être assigné en justice, Yann Barthès a alors décidé de répliquer à son tour dans son émission Le Petit Journal ce mercredi 2 décembre. Promettant d'être "transparent", le présentateur a diffusé de nouvelles images de la caméra cachée du "deal" entre le Casa Nostra et le Daily Mail. Sur ces nouvelles séquences, on peut y apercevoir le visage de Dimitri Mohamadi. Dans l'un des extraits, on découvre le gérant du restaurant au côté du fameux "cousin" comptant les billets donnés par le Daily Mail. Sur une autre, on l'entend évoquer une autre vidéo au journaliste du tabloïd anglais.

Yann Barthès dévoile de nouvelles images accablantes

Pour clore le sujet, Yann Barthès a expliqué que Djaffer Ait Aoudia, accusé par certains d'avoir profiter de cette affaire, avait décliné l'invitation de venir sur le plateau pour "ne pas alimenter cette polémique stérile". Le présentateur du Petit Journal a en revanche tenu à diffuser des extraits de leur échange par mail.

"Que l'on me reproche d'avoir pu inciter le patron de la Casa Nostra à vendre ses images de vidéo surveillance dépasse l'entendement, écrit Djaffer Ait Aoudia. Preuve de ma bonne foi, j'ai fourni au Petit Journal quatre heures d'images brutes, non retouchées, non montées, toutes droit sorties de la caméra. J'aurais pu manipuler les images avant de vous les fournir, si j'avais eu quelque chose à me reprocher. (...) Faut-il simplement signaler qu'une enquête, menée en caméra cachée, implique des procédés que l'on peut discuter certes, mais qui ne font pas du journaliste un "complice"?"