BFMTV

Vague de froid: le "Moscou-Paris" est de retour pour plusieurs jours

Paris sous la neige le 9 février 2018 (photo d'illustration)

Paris sous la neige le 9 février 2018 (photo d'illustration) - Ludovic Marin-AFP

Ce n'est pas encore le printemps. Le mercure va nettement chuter ce week-end. Le coupable: le Moscou-Paris, ce flux d'air glacial venu de Russie, qui signe son retour.

Il va falloir ressortir doudoune, bonnets et gants. Le "Moscou-Paris" est de retour. Alors que le mercure était remonté cette semaine, les températures vont nettement chuter ces samedi et dimanche à quatre jours de l'arrivée officielle du printemps. La faute au "Moscou-Paris", cette vague de froid venue du nord de la Russie.

-10°C à -15°C localement

De la neige est même attendue sur le quart Nord-Est de la France, dont en Île-de-France, ainsi qu'au nord de l'Occitanie et sur les reliefs alpins. Avec le vent, les températures ressenties pourront afficher dimanche -5°C à -9°C sur la moitié nord de la métropole, voire -10°C ou -15°C localement dans les Alpes, selon Météo-France.

C'est exactement le même contexte météorologique que lors de la vague de froid qui s'était abattue sur l'Hexagone la deuxième quinzaine de février. Ce "Moscou-Paris" va progressivement arriver par le Nord de la France samedi puis gagner l'ensemble du territoire dimanche. Ce refroidissement tardif et brutal va provoquer des conditions similaires à celles du plein hiver. Lundi sera la journée la plus froide.

Cette vague de froid devrait se poursuivre jusqu'à mercredi inclus. Les températures devraient alors progressivement remonter en milieu de semaine. Mais elles resteront en-dessous des moyennes de saison. Le plan grand froid, qui débloque des places d'hébergement supplémentaires pour les sans-abri, reste en vigueur jusqu'au lundi 26 mars. 

"Une telle offensive hivernale n'était pas arrivé depuis 1980"

"Une telle offensive hivernale est très rare aussi tard dans la saison et ce n'était pas arrivé depuis 1980", a indiqué au Parisien le prévisionniste de MeteoNews Frédéric Decker. En ce moment, dans le nord de la Russie, le mercure affiche jusqu'à -23°C. 

Comme le pointe Météo France, à Lille, le mercure ne devrait pas dépasser les 3°C pour trois jours de suite. Un phénomène exceptionnel.

"II faut remonter au mois de mars 2013, le plus froid depuis 1970, pour trouver trois jours consécutifs aussi froids après un 15 mars! Avant cela, Lille n'avait jamais connu ça depuis 1945."

Pour la nature qui bourgeonnait déjà, le coup de froid risque d'être difficile. "Depuis quelques jours, il fait 11°C, il y a du soleil, les plantes sont en situation d'éveil printanier et les bourgeons commencent à frémir. Alors ce froid provoque un choc thermique terrible", a précisé au Parisien Alain Baraton, le jardinier en chef du parc du château de Versailles.

C.H.A.