BFMTV

Une cité maya et une pyramide géante découvertes au Guatemala

Au Guatemala, des chercheurs ont mis au jour l'existence d'une immense cité Maya et d'une pyramide géante cachée sous la canopée, grâce à une technologie qui révolutionne l'archéologie.

Sous la jungle dense d'une région située à cheval sur le Guatemala, le Belize et le Mexique, des chercheurs viennent de faire une découverte majeure dont les premiers résultats ont été publié jeudi dans la revue Science. Ils ont mis au jour un réseau de cités antiques de 60.000 bâtiments étendus sur 2.000 km carrés. Et clou de la découverte: une pyramide gigantesque, de 30 mètres, soit la moitié de la plus grande pyramide du continent, Cholula au Mexique, et ses 66 mètres.

Ces découvertes permettent aux chercheurs d'estimer qu'entre 7 et 11 millions de personnes vivaient dans cette région il y a des millénaires. Mais il est difficile d'estimer précisément leur nombre, puisque les restes des bâtiments aujourd'hui sont comme une photo d'un millénaire d'occupation humaine. Personne ne peut dire si toutes les constructions étaient là au même moment, occupées en même temps.

La cité cachée sous la jungle
La cité cachée sous la jungle © Luke Auld - Thomas and Marcello A. Canuto- PACUNAM

Les archéologues commencent juste à étudier leur découvert. Mais déjà, ils réalisent que la civilisation Maya était beaucoup plus sophistiquée que ce qu'ils croyaient. Ils ont constaté que la zone était parsemée de routes pour relier les villes entre elles, de canaux pour optimiser la production agricole et nourrir l'immense population locale.

Cette découverte, les chercheurs la doivent à un outil relativement nouveau qui est en train de beaucoup simplifier la vie des archéologues d'Amérique du Sud. Une sorte de radar extrêmement précis, qui détecte le moindre cailloux caché sous la canopée de la jungle hyper dense de la région: le Lidar. Installé sur un drone, il projette non pas des ondes radios mais des impulsions lasers. Pendant des décennies, des archéologues ont fait des fouilles à 100 mètres du site qu'ils viennent de découvrir. Sans le Lidar, dans une végétation aussi impraticable, ils auraient pu ne jamais le trouver.

Nina Godart