BFMTV

Nasa: des défaillances dans la surveillance des astéroïdes dangereux

L'astéroïde Vesta, image capturée en 2011 par la Nasa.

L'astéroïde Vesta, image capturée en 2011 par la Nasa. - Nasa - AFP

La protection de la planète des météores dangereux est loin d'être suffisante. Un rapport pointe notamment des efforts à la peine de la NASA dans la traque dans la traque des astéroïdes qui menacent la terre.

Un rapport qui fait froid dans le dos. Un astéroïde percutant la Terre, faisant imploser l'humanité... La scène décrite dans tant de blockbusters de science-fiction pourrait-elle survenir un jour dans la "vraie vie"? L'Inspecteur général de la Nasa s'en inquiète: dans un rapport publié lundi, il estime que les efforts de l'agence pour traquer les météores dangereux et élaborer des systèmes de protection sont nettement insuffisants.

En retard sur les objectifs prévus

En 2005, le Congrès américain avait chargé la Nasa de mettre en oeuvre le programme "Near-Earth Objects" (NEO) pour détecter des astéroïdes de 140 mètres de diamètre et davantage présentant un risque potentiel pour notre planète. Elle devait en cataloguer 90% d'ici 2020, rappelle ce document.

Alors que la Nasa a découvert, catalogué et déterminé les orbites de plus de 11.000 de ces objets depuis 1998, l'agence spatiale estime en avoir pour le moment traqués seulement 10% du total estimé, et elle ne sera pas en mesure de remplir l'objectif des 90% d'ici 2020, a conclu le rapport.

Pas assez de "stratégies de défense"

Ses auteurs ont également constaté que depuis le début des efforts requis par le Congrès en 2005, la Nasa "n'a pas de programme structuré pour gérer un conglomérat de recherches et d'activités éparses peu coordonnées avec une supervision insuffisante et sans critères établis pour mesurer les progrès accomplis".

Sur le budget annuel de 40 millions de dollars octroyé à la Nasa en 2014 au programme NEO, environ un million de dollars seulement, soit 7% du total, a été consacré à des stratégies de défense, selon l'inspecteur général. Cela va de mesures de protection civile au sol comme l'évacuation de populations à des tentatives de destruction d'un astéroïde présentant une menace ou de dévier sa trajectoire.

Bien que la vaste majorité de ces objets célestes entrant dans cette catégorie de taille se désintègrent dans l'atmosphère avant d'atteindre le sol, certains peuvent résister et provoquer d'importants dégâts. Le rapport cite le cas de la météorite de 18 mètres de diamètres que personne n'avait vue venir et qui a explosé en février 2013 à 23.000 mètres au-dessus de Chelyabinsk, en Russie, avec une puissance équivalente à 30 bombes atomiques, soufflant les vitres des habitations, endommageant des immeubles et blessant plus d'un millier de personnes.

A. G. et C. P. avec AFP