BFMTV

Lancement de Gaia: le télescope spatial européen va cartographier la galaxie en 3D

Vue d'artiste du satellite d'astrométrie européen Gaia.

Vue d'artiste du satellite d'astrométrie européen Gaia. - -

Le lancement du satellite européen Gaia a été un succès, a annoncé jeudi Arianespace. Fabriqué à Toulouse, il doit effectuer une mission d'astrométrie de cinq ans et notamment mesurer avec une précision inédite la distance entre la Terre et un milliard d'étoiles de notre galaxie.

C'est un nouveau succès pour l'Europe spatiale: le satellite européen Gaia a été lancé jeudi sans embûches du Centre spatial de Kourou (6h12, heure locale) en Guyane, par un lanceur russe Soyouz. Le but est d'explorer notre galaxie au moyen d'un télescope embarqué ultra-sophistiqué. Précisions.

> Qu'est-ce que ce satellite?

Gaia présente un diamètre de 3,8 mètres et une hauteur de 4,4 mètres. Sa masse est de deux tonnes, un poids plume par rapport à l'Américain Hubble et ses 11 tonnes.

Gaia compte à son bord trois instruments différents: un instrument d'astrométrie, pour déterminer la position, le mouvement et la distance des étoiles; un instrument de photométrie, pour mesurer l'éclat et la couleur des étoiles; un spectromètre pour préciser le type de leur lumière.

Si tout va bien, Gaia sera positionné pour cinq ans à environ 1,5 million de kilomètres de la Terre, sur un emplacement privilégié, le point de Lagrange 2.

> Quelle est sa mission?

La mission de Gaia sera de cartographier en 3D notre galaxie. Les astronomes estiment qu'il pourra localiser un milliard d'étoiles de la Voie lactée, soit 1% des étoiles de notre galaxie. Les scientifiques espèrent aussi qu'il pourra aussi détecter 300.000 astéroïdes, 1.000 à 2.000 céphéides, des étoiles géantes dont l'éclat varie de manière extrêmement régulière, près de 500.000 quasars, et encore 10.000 à 20.000 exoplanètes.

Cette moisson devrait se faire avec une précision inégalée: de 7 microsecondes d'arc (l'arc est une sous-unité du degré) pour les étoiles les plus brillantes (magnitude 12 et moins) à 300 microsecondes d'arc pour les plus faibles (magnitude 20). Par comparaison, 10 microsecondes d'arc correspondent à l'épaisseur d'un cheveu vu à 1.000 km de distance.

> Qui analysera les données?

Le satellite enverra sa récolte de données quotidiennement sur Terre, pendant huit heures chaque jour. La mission représentera un volume de l'ordre du pétaoctet de données, soit un million de milliards d'octets. 30 laboratoires et 450 personnes seront mobilisés en Europe pour interpréter cette colossale masse d'informations, dont une centaine en France.

> Combien coûte cette aventure scientifique?

Le coût de la mission est évalué à 740 millions d'euros, auquel il faut ajouter celui du consortium en charge du traitement des données, le DPAC, estimé à environ 200 millions d'euros. Gaia a été construit à Toulouse par Astrium, pour le compte de l'agence spatiale européenne.

D. N. avec AFP