BFMTV

La tempête Ciara va frapper le nord de la France à la fin du week-end

BFMTV
Les services météorologiques de plusieurs pays sont en alerte. Les îles britanniques seront tout particulièrement concernées par des fortes rafales pouvant atteindre les 180 km/h.

En début de semaine prochaine, une violente tempête baptisée Ciara va s’abattre sur une large partie de l’Europe de l’Ouest. Si à l’heure actuelle il est encore trop tôt pour définir sa puissance et sa zone d’action précise, les services météorologiques de plusieurs pays sont en alerte.

À l’heure actuelle, la tempête est en train de se former en plein océan Atlantique, souligne Sud Ouest. Plus précisément, c’est au milieu de deux systèmes atmosphériques semi-permanents, un système de dépressions situé dans la région de l’Islande, au Nord, et l’anticyclone des Açores, au Sud, que les vents se préparent.

"Evénements extrêmes"

Si dans cette zone, appelée courant-jet ou jet-stream, les rafales avoisinent les 200 km/h, elles peuvent parfois prendre des formes extrêmes. Ici, des pointes à 400 km/h sont relevées.

"Les valeurs prévues de creusement de la dépression d'Islande par le modèle GFS à échéance +10 jours sont impressionnantes. Si la prévision météo se révèle juste, des événements extrêmes seraient attendus à grande échelle", souligne sur Twitter Christophe Cassou, directeur de Recherche au CNRS.

La France touchée entre dimanche et lundi

Et les conséquences à plus basse altitude pourraient être dévastatrices. Selon les prévisions de plusieurs services météorologiques, des rafales allant jusqu’à 180 km/h pourraient toucher l’ouest des îles britanniques en début de semaine. La tempête devrait être plus "douce" plus au Sud puisque sur la mer du nord et la côte belge, des pics à 120 km/h sont attendus.

En France, la tempête Ciara aura aussi son importance. Comme l’explique Ouest-France, des rafales allant jusqu’à 110 km/h sont attendues sur les pointes exposées et le temps devrait être pluvieux en début de semaine. Les départements du Finistère, du Morbihan, de la Manche, de la Seine-Maritime, du Nord et du Pas-de-Calais, seront particulièrement concernés dimanche, tandis que les régions Hauts-de-France et Grand Est le seront surtout lundi. 

Plus dans les terres, le Danemark et une partie de l'Allemagne devraient également être touchés. 

Les conséquences seront également visibles en ce qui concerne la montée des eaux. Sur une échelle allant de 20 à 120, les coefficients de marée sur la façade Atlantique devraient, lundi, atteindre 103 ou 106. Des chiffres hauts, qui pourraient être synonymes de dégâts sur les côtes. 

Hugo Septier