BFMTV

La Nasa invite le public à envoyer ses œuvres d'art à un astéroïde

L'appel de la Nasa pour envoyer à Bennu ses messages plus ou moins artistiques.

L'appel de la Nasa pour envoyer à Bennu ses messages plus ou moins artistiques. - NASA/Goddard

L'heureux bénéficiaire est un géocroiseur répondant au nom de Bennu. Les messages ont une chance, minime, d'être retournés à leurs envoyeurs en 2182.

Vous avez jusqu'au 20 mars pour vous mettre à vos crayons, pinceaux, caméras, appareils-photo et enregistreurs. Le but de la manœuvre? Envoyer un message artistique à l'astéroïde Bennu que la mission OSIRIS-REx va déposer sur lui en 2018. La Nasa a aussi prévu, c'est évidemment le vrai but de la mission, de rapporter un échantillon de l'objet spatial pour l'analyser.

Les réseaux sociaux mis à contribution

Ce n'est pas la première fois que la Nasa sensibilise le public en lui donnant l'opportunité, ne serait-ce que de manière virtuelle, de "participer" à une de ses missions. Déjà en septembre 2015, l'agence proposait contre quelques clics d'envoyer son patronyme sur Mars en l'associant à la mission InSight vers Mars.

Cette fois-ci, les choses vont un peu plus loin. Armés du hashtag #WeTheExplorers (Nous les explorateurs), les participants peuvent envoyer leurs créations aux comptes @OSIRISREx, sur les réseaux sociaux comme Twitter ou Instagram. Vidéo, son, selfie, littérature, création digitale (Gif animés), mixtape... tout est possible. La Nasa stockera ces messages sur support numérique avec quelque 442.000 noms collectés lors de l'opération "Messages à Bennu", réalisée en 2014.

Dans 166 ans, une faible chance de collision avec la Terre

Le lancement de la sonde OSIRIS-REx (pour Origins, Spectral Interpretation, Resource Identification, Security-Regolith Explorer) est prévu pour le 8 septembre 2016. Il s'agit de la troisième mission du programme New Frontiers de la Nasa.

L'astéroïde Bennu (Asteroid 101955) mesure un peu moins de 500 mètres de diamètre opère une révolution complète autour du Soleil en 1,2 an. Il est de type "géocroiseur Apollo", c'est-à-dire que son orbite coupe celle de la Terre. Selon les calculs des scientifiques, il aura en 2182, une chance sur 1.800 de heurter notre sol. Mieux le connaître en ramenant un échantillon sur Terre - le retour de la sonde est prévu en 2023 - tient autant de la curiosité scientifique que d'un impératif de sécurité à long terme.

>> Ci-dessous quelques tweets représentatifs des messages pour Bennu

David Namias