BFMTV

La Nasa capte pour la première fois la fin d'un système solaire

Vue d'artiste de la désintégration d'une planète à l'approche de son étoile.

Vue d'artiste de la désintégration d'une planète à l'approche de son étoile. - Mark A. Garlick - Nasa

La désintégration d'une planète rocheuse aspirée par une naine blanche est un spectacle inédit pour les astronomes. Pour la première fois, le télescope Kepler a observé la fin d'un système solaire. Une mine d'informations sur ce qui pourrait nous attendre dans cinq milliards d'années.

"C'est quelque chose qu'aucun humain n'a jamais observé auparavant. Nous assistons à la destruction d'un système solaire", s'enthousiasme Andrew Vanderburg, du Havard-Smithsonian Center for Astrophysics. Le télescope Kepler a permis dans le cadre de la mission K2, de découvrir comment le sort d'une planète tellurique, donc semblable à la Terre, est scellé. A 570 années lumières de nous, dans la constellation de la Vierge, elle est irréversiblement aspirée dans un ultime rapprochement en spirale vers une naine blanche placée au centre du système.

La naine blanche désagrège la planète

Les scientifiques ont observé que toutes les quatre heures et demie à cinq heures, des morceaux de la planète se détachaient et étaient projetés à plus de 836.000 km en orbite de l'étoile, soit un peu plus de deux fois la distance Terre-Lune. A chaque arrachement, la luminosité de l'étoile baisse de 40%.

Les premières observations de Kepler ont été consolidées par les mesures d'autres télescopes, celui de l'observatoire Whipple dans le Massachusetts, de MEarth-South, au Chili, et de Keck, à Hawaï. Ensemble, ils ont trouvé des preuves de plusieurs morceaux de roche en orbite autour de l'étoile morte.

L'étoile, nommée WD1145+017, est une naine blanche. Autrement dit, une étoile de taille modeste qui s'est effondrée sur elle-même après avoir épuisé son carburant nucléaire et s'être séparée de ses couches supérieures. C'est un astre petit pour une étoile, mais extrêmement dense. Si l'on prend l'exemple d'une naine blanche de la masse de notre Soleil, un centimètre cube de sa matière pèserait une tonne.

Dans la revue Nature, Andrew Vanderburg décrit la découverte comme la toute première preuve de la désintégration de planètes rocheuses happées par la gravité d'une naine blanche. Un phénomène qui explique le mystère de la pollution aux métaux lourds autour de certaines de ces étoiles.

Dans 5 milliards d'années, la fin de notre système solaire

Le sort de cette planète en évoque un autre auprès des astronomes: celui de notre Terre. Dans cinq milliards d'années, notre Soleil se transformera en géante rouge. A ce stade, les planètes environnantes seront, elles aussi, désintégrées. Mercure, Vénus et potentiellement la Terre seront carbonisées. Après avoir éjecté dans l'espace ses couches supérieures dans un violent sursaut, notre étoile se transformera, à son tour, en naine blanche.

"Nous pouvons voir comment notre propre système solaire pourrait se désassembler dans le futur", résume Andrew Vanderburg. Une fin inévitable, selon les calculs des scientifiques.

David Namias