BFMTV

"L'Etoile de l'Humanité", une boule à facettes controversée dans l'espace

La "Humanity Star", satellite mis en orbite par une entreprise privée.

La "Humanity Star", satellite mis en orbite par une entreprise privée. - Capture Twitter TheHumanityStar

Une entreprise privée a mis en orbite un satellite censé être un des objets les plus lumineux du ciel, au grand désarroi de certains astronomes.

Bientôt, ce ne seront plus les étoiles filantes que vous chercherez dans le ciel, mais les boules à facettes. Le week-end dernier, la société aérospatiale Rocket Lab a mis en orbite un objet censé être "le plus lumineux du ciel", appelé "l'Etoile de l'Humanité" (Humanity Star).

"Voici l'Etoile de l'Humanité: un satellite brillant, clignotant, en orbite autour de la Terre, visible à l'oeil nu dans le ciel nocturne. (...) Elle a été conçue pour encourager chacun à lever les yeux et réfléchir à sa place dans l'univers", a posté l'entreprise néo-zélandaise mercredi sur Twitter.

"Où que vous soyez sur Terre, peu importe ce qui se passe dans votre vie, tout le monde pourra voir l'Etoile dans le ciel", assure Peter Beck, PDG de l'entreprise, dans un communiqué. "Notre espoir est que chaque personne la regardant observe la vaste étendue de l'univers et réfléchisse différemment à sa vie, ses actes et ce qui est important pour l'Humanité", continue-t-il.

Ce qui est censé permettre sa grande visibilité dans le ciel, ce sont les 65 panneaux qui entourent la sphère d'à peine un mètre de large, qui permettent de réfléchir la lumière du Soleil. Ce petit satellite est censé tourner sur lui-même, pour toujours attraper le maximum de rayons possible, explique The Verge.

"Un stroboscope sur un ours polaire"

Ce lancement est un premier test réussi pour la société privée, qui a mis trois autres satellites commerciaux en orbite par la même occasion. Sur le site de l'Etoile de l'Humanité, il est possible de suivre la trajectoire de cette boule à facettes de l'espace, qui se trouve actuellement à quelque 500 km au-dessus de nos têtes. Elle ne restera pas là haut tout le temps: Rocket Lab mise sur neuf mois avant qu'elle ne commence à perdre de l'altitude et finisse par s'abîmer dans l'atmosphère.

L'initiative ne fait pas que des adeptes, notamment chez les astronomes qui ont besoin d'obscurité pour mener au mieux leurs observations.

"Ce cas en particulier n'est pas si grave, mais l'idée que cela devienne courant, particulièrement à une plus grande échelle, ferait descendre les astronomes dans la rue", assure au Guardian Richard Easther, de l'université d'Auckland, en Nouvelle-Zélande.

Moins diplomatique, le directeur du département d'astrobiologie de l'université Columbia, Caleb Scharf, tacle dans Scientific American:

"La plupart d'entre nous ne trouverait pas ça mignon si j'accrochais un stroboscope sur un ours polaire, ou si j'inscrivais le slogan de mon entreprise sur les hauteurs de l'Everest. Encombrer les cieux avec une sphère scintillante semble aussi grossier. C'est en effet un rappel de notre place fragile dans l'univers, parce que cela infeste la chose même que nous devons chérir de toute urgence."

Liv Audigane